La France dit non au glyphosate en Europe : foodwatch, la Ligue contre le cancer et Générations Futures saluent la décision de Ségolène Royal

combinenfant16

Communiqué : FoodWatch, Générations Futures et Ligue contre le cancer

Paris, le 4 mars 2016. Alors que le sort du glyphosate (principal composant du Roundup) pour les quinze prochaines années se jouera à Bruxelles la semaine prochaine, la France vient de prendre officiellement position contre le renouvellement de l’autorisation du pesticide le plus controversé et le plus vendu au monde.

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a choisi ce vendredi le camp de la protection des citoyens contre celui des intérêts de l’industrie chimique : « En ce qui concerne le glyphosate, il faut vraiment que l’Union européenne et la Commission s’alignent sur la position la plus protectrice de l’environnement et de la santé. La France va pousser pour la position la plus offensive qui est la position de l’OMS ».
Le Centre international de recherche sur le Cancer, agence de l’Organisation mondiale de la santé, avait qualifié le pesticide en mars 2015 de « cancérogène probable ». L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), minimisait, elle, les risques cancérogènes, les jugeant improbables.

La France, par la voix de Ségolène Royal, rejette ainsi la proposition de la Commission européenne qui souhaite renouveler pour 15 ans l’autorisation du glyphosate : « On dira non ».
foodwatch France, la Ligue contre le cancer et Générations Futures, qui ont lancé une pétition commune contre le glyphosate, saluent cette prise de position, qui va dans le sens du principe de précaution. Elle intervient alors qu’un comité d’experts des Etats membres dont l’issue sera décisive se réunira les 7 et 8 mars prochains.

Note aux rédactions :