Pour une Europe sans Perturbateurs Endocriniens

edc_free

Quinze porte-parole associatifs réunis derrière la banderole de la coalition EDC-Free Europe remettront à José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, un photomontage réalisé à partir d’une mosaïque de photos envoyées par les citoyens et les associations de plusieurs pays d’Europe, illustrant leurs préoccupations sur l’omniprésence des perturbateurs endocriniens dans les produits de la vie courante.

L’événement a eu lieu aujourd’hui à 08h30 devant le bâtiment de la Commission européenne à Schuman en présence de notre porte-parole François Veillerette.

;

Les centaines de photos sont disposées de façon à former une image dépeignant le Président Barroso en train de faire un signe de la main « tout est OK ! » – afin de l’inviter à répondre positivement aux préoccupations citoyennes et à engager une action urgente de réduction de l’exposition humaine aux perturbateurs endocriniens contenus dans les produits de consommation courante, en particulier en direction des individus les plus vulnérables comme les bébés et les femmes enceintes.

Tout retard à agir se paye en opportunités gâchées pour la prévention des maladies chroniques et la réduction des dépenses de soins.

La coalition EDC-Free Europe, composée de 50 partenaires, dont Générations Futures, représentant des centaines d’organisations de citoyens de l’UE (1), a fait assembler des dizaines de photos de ses activités de campagne à travers l’Europe pour reproduire, dans une affiche, le visage de Barroso. Nous lui demandons de faire avancer rapidement les propositions, sans cesse reportées, de politique communautaire sur les PE afin de mieux protéger la santé publique et de prévenir les maladies chroniques. Les maladies chroniques associées aux PE constituent un défi majeur de santé publique et des pertes économiques considérables.

L’action d’aujourd’hui réitère un appel lancé dans une lettre à M. Barroso en mai de cette année (2). Il appelle à mettre fin aux reports de l’action réglementaire sur les perturbateurs endocriniens et à adopter des mesures immédiates pour réduire l’exposition du public. Pour nos associations, ces délais sont inutiles et ne font que prolonger l’exposition du public à ces substances chimiques dangereuses. Les expositions quotidiennes à de faibles doses de perturbateurs endocriniens perturbent le système hormonal humain et sont associées à de nombreuses maladies chroniques graves dont l’incidence augmente en Europe, comme le cancer du sein.

« Par un vote du Parlement européen, la loi avait fixée l’échéance d’élaboration des critères scientifiques pour définir les perturbateurs endocriniens à décembre de cette année. La récente décision de la Commission européenne de lancer une “étude d’impact” préalable à l’élaboration des critères fait fi de cette échéance. Cette décision est un déni de démocratie et va à l’encontre des recommandations scientifiques; il est, par ailleurs, surprenant que des critères scientifiques doivent se fonder sur une étude d’impact économique » dénonce Lisette van Vliet de HEAL, l’une des organisations de EDC-Free Europe.

Les scientifiques engagés activement dans la recherche sur les perturbateurs endocriniens ont adopté une position très claire : en mai 2013, 89 chercheurs de premier plan ont signé la Déclaration du Berlaymont sur les perturbateurs endocriniens, qui invite la Commission européenne à agir de façon urgente (3). Dans ce document, ils énumèrent les pathologies associées aux PE : infertilité, malformations congénitales (et cancer des testicules), cancer du sein, cancer de la prostate, TDAH, obésité et diabète, entre autres.

Si les chercheurs en pointe s’accordent sur l’objectif de protection du public, il est fort probable que ce soient les arguments de l’industrie, plutôt que les controverses scientifiques, qui aient inspiré le report des décisions à la Commission.

En Octobre, les ministres suédois et danois de l’Environnement ont écrit à Janez Potočnik, le Commissaire européen à l’environnement pour exprimer leurs préoccupations sur le fait que l’étude d’impact annoncée prendrait en compte des critères socio-économiques ; ce que ne prévoit pas, selon eux, le champ d’application du règlement sur les produits biocides (4).

« Le temps n’est plus à l’attentisme! Les preuves existent et les alternatives aussi. Nous attendons de nos dirigeants des mesures fortes et maintenant pour que demain aucun enfant à naître ne soit exposé à des perturbateurs endocriniens, c’est le sens de cette action et de notre mobilisation pour les Générations Futures», déclare François Veillerette

Contacts:
Lisette van Vliet, HEAL Senior Policy Officer, email: lisette@env-health.org Tel: +32 2 234 3645, mobile: +32 484 614 528

François Veillerette, Parote Parole de Générations Futures et Président de PAN Europe – +33 (0)6 81 64 65 58

Notes

1. La campagne européenne EDC-Free Europe a 50 organisations membres représentant des centaines de groupes dans toute l’Europe, dont des syndicats, des associations de consommateurs, des professionnels du soin et de santé publique, des militants pour la prévention du cancer, des environnementalistes et des groupes de femmes. Ceux qui sont à Bruxelles aujourd’hui porteront des banderoles avec le message – STOP aux perturbateurs endocriniens – et des photos de produits de consommation suspects désignés par une flèche interrogeant : « Est-ce que ça me perturbe ? » ainsi qu’un collage de nombreuses photos dont l’assemblage reproduit le buste du président Barroso.

2. Joint NGO letter to President Barroso and Commissioners: Call to reduce our exposure to EDCs, 7 May 2013, http://www.env-health.org/resources/letters/article/joint-ngo-letter-to-president )

3. The Berlaymont Declaration disponible sur www.env-health.org/resources/press…/heal-responds-to-berlaymont

4. Letter on EDCs to Commissioners Potočnik and Tajani from Swedish and Danish Ministers for the Environment, 30 October 2013, Letter and ChemSec press release at http://www.chemsec.org/news/news-2013/october-december/1209-letter-on-edcs-to-commissioners-potocnik-and-tajani-from-swedish-and-danish-ministers-for-the-environment