Pesticides: une nouvelle étude de l’EFSA à contre-courant de toute la science

téléchargement

Danger des pesticides : l’EFSA se distingue encore par une sous-estimation du risque des pesticides pour la santé humaine !

Rappel. Un rapport (1)  explosif de l’INSERM de juin 2013 montrait clairement  les dangers des pesticides. En juin dernier l’INSERM avait , à l’issue d’un travail de revue impressionnant  d’expertises collectives couvrant les données publiées au cours des 30 dernières années, publié un rapport  mettant en évidence une association positive entre exposition professionnelle ou domestique à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte. Par ailleurs, les expositions aux pesticides intervenant au cours des périodes prénatales et périnatale ainsi que lors la petite enfance semblaient pour l’Inserm aussi être particulièrement à risque pour le développement de l’enfant.

Pour l’EFSA : circulez, il n’y a (presque) rien à voir ! Aujourd’hui c’est l’Agence européenne de sécurité alimentaire, l’EFSA, chargée de l’évaluation des risques et de l’autorisation des matières actives des pesticides qui publie à son tour un rapport (2) sur exposition aux pesticides et effets sanitaires.  Basé sur 602 études parues depuis 2006, ce rapport n’indique avoir identifié que deux pathologies dont le risque de survenue était statistiquement associé à l’exposition aux pesticides : les leucémies infantiles et la maladie de Parkinson. Pour les autres des 24 pathologies étudiées, pas de conclusion possible selon les auteurs ! A noter que ce rapport n’est pas un rapport de membres de panel d’experts de l’EFSA mais un rapport réalisé par des chercheurs de l’Université de Ioannina en Grèce, répondant à une question posée par l’Agence.

Peut- on être étonné par une telle différence d’appréciation ? Pas vraiment, et ceci pour plusieurs raisons :

  • L’EFSA est l’Agence européenne chargée d’évaluer les risquesposéspar différentes substances dont les matières actives des pesticides. Il eut été très surprenant de voir l’EFSA reconnaître facilement que les pesticides qu’elle autorise depuis des années …constituent en fait un risque pour la santé humaine, sauf à reconnaître la faiblesse de l’évaluation des risques mise en œuvre à l’EFSA !
  • L’EFSA s’est distinguée ces dernières années par une série de scandales mettant en évidence une mauvaise gestion des conflits d’intérêts, et c’est faite épingler pour cela il y a un an par la Cour des comptes européenne (3). Toutes les garanties d’indépendance de l’agence ne semblent donc pas fournies.
  • L’EFSA s’est caractérisée ces dernières années par une lecture très restrictive de la science, comme dans le cas du bisphénol A, ou l’Agence se cramponne toujours à quelques études sensées montrer  la sûreté de cette substance alors que les publications scientifiques validées montrent très majoritairement que le BPA est dangereux pour l’homme !
  • Enfin la méthode employée dans le rapport publié par l’EFSA ne peut…que déboucher sur une grande incertitude car elle efface la plupart des risques sanitaires pourtant mis en évidence par de très nombreuses études. Comment ? Rien de plus simple, vous prenez les quelques études sélectionnées consacrées à étudier un éventuel lien entre les pesticides et une pathologie, disons, les leucémies. Chaque étude montre un ‘risque relatif’ ou OR (odd ratio) plus ou moins élevé de développer une leucémie chez les personnes exposées à des pesticides par rapport à une population témoin non exposée. Un OR de 1 montre une absence de risque supplémentaire pour la population exposée par rapport à la population non exposée.   Dans le cas de la leucémie 6 études ont été retenues par le rapport de l’EFSA avec des OR de 0.9 ou 1 pour 3 d’entre elles (absence supposée de risque) mais aussi  d’autres avec des OR de 1.76, 1.52, 2.80, montrant un excès de risque important chez les personnes exposées. Le tout de passe-passe consiste à ‘pooler’ tous ces résultats pour calculer un OR global pour ces 6 études qui est alors de 1.26, que les auteurs considèrent comme un risque non significatif …et le tour est joué !
  • Parfois les auteurs du rapport n’utilisent pas ces calculs pour nier un risque mais, malgré un OR Poolé significatif pour toutes les études  consacrées à une pathologie, ils n’ont alors pas retenu cette donnée en invoquant de multiples raisons  de supposées faiblesses des études : l’étude la plus large du lot étudié ne montrait pas d’effets, l’étude étudiait différents paramètres et les résultats devraient être ajustés, le pesticide incriminé n’était plus utilisé (DDT) etc. C’est le cas pour les morts fœtales ou le myélome multiple ou le cancer du foie par exemple.
  • Les auteurs ont aussi ‘oublié’ de rappeler le lien entre exposition à des pesticides et sclérose latérale Amyotrophique, pourtant mis en évidence dans le texte du rapport !

Etc.

« Cette étude commissionnée par l’EFSA sur les liens entre pesticides et pathologies  suit une méthodologie technique excessivement prudente qui a pour conséquence qu’à l’arrivée… les chercheurs ne sont plus capables de tirer la moindre  conclusion de ces centaines d’études de haut niveau sauf pour 2 pathologies. » Déclare François Veillerette, Porte-Parole de Générations Futures. « Alors que de nombreuses méta analyses dans le monde entier et récemment l’INSERM en France ont tiré le signal d’alarme sur les risques sanitaires des pesticides mis en évidence par des centaines d’études publiées, l’EFSA persiste à commanditer des rapports lénifiants qui ne peuvent rien montrer pour justifier un système d’évaluation et d’homologation des matières actives pesticides déficient, dont le seul bénéficiaire est l’industrie agrochimiques et ses actionnaires, et en aucun cas la santé publique » ajoute t’il.

Contact presse :

François Veillerette : 06 81 64 65 58

Nadine Lauverjat : 06 87 56 27 54

>>> Lire l’article du Monde du 23/10 consacré à ce sujet: Pesticides, bisphénol A, aspartame : les expertises en question et Lemonde_241013_efsa.pdf

______________________________________

1 : Pesticides : Effets sur la santé – Une expertise collective de l’Inserm. 13 Juin 2013.  http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-societe/pesticides-effets-sur-la-sante-une-expertise-collective-de-l-inserm

2 : Literature review on epidemiological studies linking exposure to pesticides and health effects. Efsa 18 octobre 2013. http://www.efsa.europa.eu/fr/supporting/pub/497e.htm

3 : lire :  http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/12/les-conflits-d-interets-fragilisent-les-agences-europeennes-d-expertise_1774410_3244.html