Un rapport européen met en garde contre les conséquences qu’un éventuel accord transatlantique pourrait avoir pour l’environnement et la sécurité alimentaire.

uovw

Un rapport [1], commandité par le Parlement européen, met en garde contre les conséquences qu’un éventuel accord pourrait avoir pour l’environnement et la sécurité alimentaire.

L’Ecologic Institute et BIO IS ont été mandatés par le Parlement européen pour étudier d’éventuelles conséquences d’un accord (le Transatlantic Trade and Investment Partnership TTIP), actuellement en discussion entre l’UE et les USA, sur les législations environnementales et de sécurité alimentaire de l’UE.

Le rapport souligne les différences importantes en matière de législation entre les deux camps ( OGM, risque chimique, émissions du secteur aérien…) et les différences en matière de reconnaissance et de prise en compte des risques environnementaux et sanitaires entre les USA et l’UE, les USA reconnaissant globalement moins de risques que l’UE et les traitant d’avantage par le biais d’engagements volontaires de la part des entreprises que par des législations contraignantes.

Au vu de ces différences, le risque pour l’UE serait de perdre au niveau des standards de protection qu’elle offre à ses citoyens dans les domaine de l’environnement et de la sécurité alimentaire si toutes les précautions d’écriture nécessaires ne sont pas prises dans un éventuel futur traité, avertissent les auteurs du rapport.

Ils mettent également en garde contre d’éventuels conflits juridiques lancés par des investisseurs réclamant des dommages et intérêts à  des états prenant des décisions impactant leurs investissements ( comme c’est le cas pour la compagnie suédoise Vattenfall qui demande actuellement des centaines de millions d’euros de compensation à l’Allemagne suite à sa décision de sortir du nucléaire), conflits qui pourraient porter atteinte aux efforts faits par les états européens pour protéger ses citoyens.

Au final le rapport souligne que l’engagement le plus fort que pourrait prendre  le Parlement européen serait de ne pas donner son accord au futur traité, une démarche déjà entreprise par le passé.

« Ce rapport montre clairement les risques que pourrait faire courir le futur accord transatlantique à la sécurité alimentaire et à la qualité de l’environnement des européens. Il faut absolument que les autorités françaises  européennes en tirent toutes conséquences et refuse ce traité – comme le demande de nombreuses ONG - qui n’aura pour conséquences que de faire la part belle aux multinationales, au mépris des considérations d’environnement et de santé publique» déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

>>> Cela justifie d’autant plus la mobilisation qui se tiendra à paris le 24/11/13 et à laquelle tous /toutes les citoyenn(e)s sont conviés. plus d’infos ici ou sur facebook

Contact Presse : François Veillerette : 06 81 64 65 58 – Nadine Lauverjat : 06 87 56 27 54



[1] http://www.ecologic.eu/10074