Vous êtes ici : générations-futures» S’informer» Pesticides : le dossier» Faune et flore » Pollinisateurs

Pollinisateurs

Un tiers de l’alimentation humaine dépendrait, directement ou indirectement, du succès de la pollinisation.

L’existence d’un déclin des populations de pollinisateurs est admise au sein de la communauté scientifique. Il concerne aussi bien les espèces sociales que solitaires. Les causes sont nombreuses.

 Pesticides et abeilles

Au Royaume Uni, un déclin des populations de bourdons dans les surfaces arables a pu être relié à l’utilisation de pesticides (2001).

En France, des incidents chez l’abeille domestique ont été décrits à plusieurs reprises, se traduisant par des chutes d’activité, associées ou non, à des mortalités au voisinage des ruches. Par exemple, le déclin des populations de bourdons en France et en Belgique est attribué, en partie, au faucardage précoce du foin et à l’utilisation d’herbicides pour éliminer les adventices à larges feuilles.

L’abeille pollinise plus de 80% des espèces de plantes. Ces dernières connaissent depuis quelques années en France des surmortalités hivernales record. 500 000  colonies d’abeilles ont disparu entre 1995 et 2000 en France, décimées par  en partie par les insecticides en enrobage de semences (Gaucho, Regent TS etc.), idem pour d’autres pays européens.

 Pesticides et papillons

Abondance significativement plus importante de papillons dans les systèmes biologiques.

Les facteurs identifiés comme ayant joué un rôle bénéfique dans la dynamique de fréquentation des parcelles expérimentales par les papillons étaient la moindre contamination des bordures de champs par les pesticides, la diversité végétale et la présence de trèfle dans la rotation des cultures.

L’analyse du cas assez connu de l’impact du traitement de forêts canadiennes contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana) par du fenitrothion a montré que l’effet des insecticides sur les plantes exploitées par l’homme était d’autant plus visible que l’abondance (ou la densité) des insectes impliqués dans leur pollinisation était faible.

Des hectares de forêts du Nouveau Brunswick ont été traités contre la tordeuse, résultant en une chute importante des rendements de production de myrtilles.