Vous êtes ici : générations-futures» S’informer» Pesticides : le dossier» Faune et flore » Reptiles

Reptiles

La littérature scientifique témoigne d’un déclin en grandes proportions de certaines espèces (serpents et alligators) dans des régions sujettes à des applications massives de pesticides (Fleet et al., 1972, Fleet & Plapp, 1978 et Guillette et al., 1994, in Guillette, 2000). ). Des animaux morts ou mourants ont été retrouvés sur des sites juste après des traitements (Koeman et al., 1978)

Une revue de Hall (1980, in Pauli & Money, 2000) a mis en évidence l’impact que pouvaient avoir certains pesticides, en particulier les substances organochlorées, sur les populations de reptiles, en induisant des mortalités et ce même aux doses d’utilisation recommandées.

En Ukraine, des suivis conduits suite à des applications aériennes de malathion sur des forêts ont mis en évidence des mortalités anormales chez des reptiles (Karpenko & Myasoedov, 1978, in Pauli & Money, 2000).

Diverses observations éparses font état de la mort d’individus exposés soit lors d’un traitement, soit par ingestion de nourriture contaminée et ceci pour des molécules variées (DDT, endosulfan, dieldrine, chlorpyrifos, cyanophos ; revue in Lambert, 1997).

Les herbicides 2,4,5-T et 2,4-D ont induit des impacts sur les populations de tortues en Grèce (Willemsen & Hailey, 1989). Willemsen & Hailey (1989) ont observé un déclin de 44% dans des populations de tortues en Grèce, lui conférant ainsi le même impact potentiel que le 2,4-D.

Sur les populations d’alligators et de tortues la mortalité et l’incidence des déformations sont en général supérieures dans les populations exposées à certains composés (DDT, DDE et dieldrine) que dans les populations non exposées.