Vous êtes ici : générations-futures» S’informer» Pesticides : le dossier » Réglementation

Réglementation

« Efficacité » et « innocuité » des pesticides…

« Efficacité » et « innocuité » tels sont les mots d’ordre pour qu’un pesticide puisse se retrouver disponible à la vente. La réglementation des pesticides est censée protéger l’utilisateur et le consommateur des risques liés à l’exposition à ces substances chimiques. Elle doit en outre permettre d’assurer l’efficacité des produits contre les cibles visées (comme certaines « mauvaises » herbes et autres « nuisibles »).

Mais comme nous le verrons dans les pages sur la réglementation, cet encadrement souffre de nombreuses faiblesses (pour ne pas dire plus) qui mériteraient d’être corrigées. Vous découvrirez dans ce chapitre sur la Règlementation un aperçu global de la question ainsi que des données sur des textes réglementaires encadrant notamment l’utilisation des pesticides qui pourraient vous être utile si vous avez envie d’agir contre ces toxiques.

Point important:Un produit formulé pesticides (le bidon vendu – par exemple le Round-up ® ce célèbre désherbant) contient ce qu’on appelle une ou des substances actives (comme le glyphosate) ainsi que un ou des co-formulants, par exmple, pour faciliter la pénétration du produit (comme le POEA).La substance active est évaluée au niveau européen et inscrite sur une liste positive. Chaque état membre peut-ensuite décider d’autoriser telle ou telle substances sur son territoire

Le produit formulé est lui évalué au niveau de l’Etat Membre puis autorisé par ce dernier. En France, c’est l’ANSES (Agence nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui évalue les dossiers déposés par les industriels et ensuite l’autorisation est donnée par le ministre de l’Agriculture.

Sur ce dernier point notre association n’a de cesse de demander à ce que cette autorisation soit interministérielle et que soit donc impliqué le ministère de la santé et de l’écologie ce qui n’est pas le cas actuellement. Notre questionnement sur ce point : comment le ministre de l’Agriculture  – si certes il peut se prononcer sur l’efficacité d’un produit puisqu’il est question d’une donnée « agricole » – peut juger de l’innocuité d’un produit et donc de son éventuel impact sanitaire… mystère !

 
Plus d’informations sur la réglementation: