Vous êtes ici : générations-futures» S’informer» Pesticides : le dossier» Santé» Intoxication chronique » Infertilité

Infertilité

Certains pesticides sont mis en cause dans la survenue de problèmes de fertilité.

Ainsi une étude[1] menée sur une population de femmes canadiennes ayant des problèmes de fertilité montre que le facteur prédominant réside dans la préparation/application d’herbicides (27 fois plus de risques), risque bien plus élevé que l’âge du partenaire (4,5 fois ) ou encore le surpoids (3,5 fois).

Une étude danoise[2] montre que les garçons dont les mères ont travaillé dans des serres où on a utilisé des pesticides pendant leur grossesse ont un développement des fonctions reproductrices perturbé. Cette étude, conduite par le professeur Andersen et ses collègues, a étudié le développement des fonctions reproductrices des garçons de plus de 110 paires mères/fils. A l’âge de trois mois ont été mesurés la position et le volume des testicules, la longueur du pénis, la position de l’urètre ainsi que la concentration sérique des hormones sexuelles. Résultats : la prévalence du cryptorchidisme (testicules non descendus) était plus importante chez les garçons des mères exposées aux pesticides dans les serres que chez les garçons des mères non exposées. De plus, les garçons dont les mamans avaient été exposées dans les serres montraient une longueur du pénis inférieure à ceux dont les mères n’avaient pas été exposées. Le volume testiculaire et la concentration sérique en testostérone étaient inférieurs chez ces mêmes garçons. Pour les auteurs, ces résultats suggèrent un effet négatif de l’usage professionnel des pesticides par les mères pendant la grossesse sur le développement des fonctions de reproduction chez leurs garçons, malgré les précautions d’utilisation prises.

Les problèmes de fertilité, lors d’une exposition aux pesticides, touche aussi bien les femmes que les hommes. L’un des indicateurs permettant d’apprécier la «bonne » fertilité d’un homme, réside dans la qualité de son sperme. Une étude américaine[3] a fait le lien entre une mauvaise qualité du sperme et le nombre de résidus de pesticides trouvés dans les urines. Plus il y a de pesticides, moins le sperme est de bonne qualité.

Au-delà des professionnels, c’est la population en générale qui peut être concerné par ces problèmes de fertilité due à une exposition aux pesticides. Ainsi, une autre étude[4] révèle que des pesticides auxquels la population européenne est exposée, et préalablement non soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, sont en fait des anti-androgènes et menaceraient potentiellement la fertilité masculine. Les scientifiques, de l’Université de Londres, ont d’abord sélectionnés les 134 pesticides auxquels la population européenne avait le plus de risque d’être exposée. Ils ont ensuite sélectionnés 37 de ces pesticides selon un modèle scientifique prédictif. Ils ont enfin testé in vitro ces pesticides pour rechercher un éventuel effet antagoniste avec les récepteurs androgènes. 14 de ces pesticides préalablement connus pour être des anti-androgènes ont été confirmés anti-androgènes par ces tests in vitro. 9 pesticides préalablement non testés pour leur propriétés anti androgènes se sont révélé posséder des propriétés anti androgènes in vitro. Cette étude montre que l’évaluation du risque de l’exposition à des pesticides pour la fertilité masculine est très déficiente. Pourtant les auteurs rappellent que nombre d’études lient le Syndrome de Dysgénésie Testiculaire[5] (qui associe hypospadias, cryptorchidisme, baisse de qualité du sperme et cancer du testicule chez l’adulte) à une exposition prénatale aux pesticides.



[1] Source : « Risk factors for female infertility in an agricultural region », Greenlee AR, Arbuckle TE, Chyou PH, Epidemiology. 2003 Jul;14(4):429-36.

[2] Impaired Reproductive Development in Sons of Women Occupationally Exposed to Pesticides during Pregnancy, Andersen al. 2008

[3] Semen Quality In Relation to Biomarkers of Pesticide Exposure, Swan et al. EHP 111:1478-1484, 2003

[4] Orton F, Rosivatz E, Scholze M, Kortenkamp A 2011. Widely Used Pesticides with Previously Unknown Endocrine Activity Revealed as in Vitro Anti-Androgens. Environ Health Perspect

[5] Skakkebaek NE, Rajpert-De Meyts E, Main KM. 2001. Testicular dysgenesis syndrome: an increasingly common developmental disorder with environmental aspects. Apmis 109: S22-S28.