Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Science: Excès de risque de certains cancers chez les agriculteurs utilisateurs de pesticides et d’antiparasitaires

Enquête AGRICAN : professions agricoles et survenue de cancers

Cette fin d’année 2020 est l’occasion pour l’enquête AGRICAN de dévoiler ses derniers résultats dans son 3ème bulletin (Bulletin Agrican Novembre 2020). Pour rappel, cette étude, la plus grande au monde sur le sujet, a été mise en place à partir de 2004 et a pour objectif de mettre en évidence un éventuel lien entre les expositions professionnelles aux pesticides ou certaines activités particulières et la survenue de cancers. En outre, le propos est également étendu à certaines maladies non cancéreuses, parmi lesquelles des maladies neuro-dégénératives (maladies de Parkinson et d’Alzheimer notamment) ou respiratoires (bronchite chronique, asthme) et aux troubles de la reproduction et du développement de l’enfant. La plupart de ces maladies ont été sélectionnées car elles semblent plus fréquentes en milieu agricole que dans la population générale.

Comment s’est déroulée l’étude ?

Les résultats de cette enquête reposaient dans un premier temps sur un questionnaire d’inclusion, remplit par plus de 180 000 affiliés MSA répartis en 11 départements français. Les participants étaient majoritairement des hommes (55%). L’âge moyen des individus était de 63 ans et variait entre 20 et 105 ans. Entre 2015 et 2018, un questionnaire de suivi a de nouveau été envoyé aux participants afin de mettre à jour les données, notamment par rapport à des changements de situations (activités professionnelles, alimentation, tabagisme, évolution de l’état de santé, …).

Une fois l’ensemble des réponses recueillies, le suivi des décès et des diagnostics de cancers sur plusieurs années permet de savoir si certaines maladies peuvent se déclarer plus fréquemment en fonction de secteurs agricoles particuliers, ou de l’utilisation de certains pesticides ciblés. Pour ce faire, l’étude mesure les associations entre les expositions professionnelles et les maladies en comparant, au cours du temps, le nombre de personnes développant la maladie parmi les participants exposés (à un secteur ou à une tâche ou à une nuisance donnée) au nombre de personnes devenues malades parmi les participants non soumis à l’exposition étudiée. Même si cela ne suffit généralement pas à dire que l’exposition est une cause de la maladie, les études épidémiologiques permettent l’obtention d’éléments de preuve solides, à mettre en relation avec d’autres études sur le sujet afin d’en vérifier la cohérence.

Incidence de cancers

La première conclusion est que les femmes et hommes de la cohorte ont une mortalité 25% inférieures à celle de la population générale. Cette observation trouve notamment sa source dans un tabagisme bien moindre chez les travailleurs agricoles et dans le phénomène « d’effet du travailleur sain », soit un biais de sélection du fait que la cohorte n’inclue pas les personnes dont l’état de santé est trop précaire et incompatible avec une activité professionnelle. Une meilleure alimentation et activité physique dans ce secteur professionnel par rapport à la population générale est également une explication probable.

En comparaison avec la population générale, les cancers sont légèrement moins fréquents chez la population de la cohorte AGRICAN. Plus particulièrement, 20 cancers sont apparus à une fréquence différente entre les membres de la cohorte et la population générale :

  • 6 cancers ont été retrouvés plus fréquemment chez les personnes interrogées: mélanome de la peau chez les femmes (+29%), myélome multiple chez les hommes (+20%) et chez les femmes (+21%), cancer de la prostate (+3%), cancer des lèvres chez les hommes (+55%), l’ensemble des lymphomes chez les hommes (+9%) et les femmes (+7%), lymphome plasmocytaire/maladie de Waldenström chez les femmes (+58%) et les hommes (+49%)
  • 14 cancers ont été retrouvés moins fréquemment dans la cohorte AGRICAN: cancers du poumon (-42% chez les hommes et -33% chez les femmes), de la cavité orale et du pharynx (-43% chez les hommes et -36% chez les femmes), du foie (-25% chez les hommes et -31% chez les femmes), de l’anus (-51% chez les hommes et -54% chez les femmes), de la vessie (-34% chez les hommes et 22% chez les femmes), de l’œsophage (-22% chez les hommes et -28% chez les femmes), du sein (-14%), du rectum (-17% chez la femme), du col de l’utérus (-40%), du côlon (-13% chez l’homme), du pancréas (-21% chez l’homme), du larynx (-44% chez l’homme), de l’estomac (-12% chez l’homme) et du mésothéliome (-54% chez l’homme).
  • 23 autres cancers ne présentaient pas de différence de fréquence d’apparition.

Même si certains cancers sont retrouvés moins fréquemment chez les travailleurs agricoles qui ont participé à l’enquête, ces différences s’expliquent à nouveau par les habitudes de vie plus favorables parmi ces derniers.

Impacts des pesticides

A contrario, l’étude montre un excès de risque pour certains cancers. Ainsi, AGRICAN met en évidence l’influence des pesticides dans l’apparition de plusieurs cancers.

Tout d’abord, les analyses montrent un excès de risques de cancers de la prostate chez les personnes utilisant des insecticides sur bovins, chez les éleveurs de porcs et chez les agriculteurs exposés via le traitement de semences, le semis et l’utilisation de pesticides (relevé pour des cultures de blé et/ou d’orge, de tabac, de pommes de terre et l’arboriculture). Ces résultats sont cohérents par rapport à d’autres études épidémiologiques qui montrent une élévation du risque de cancer de la prostate chez les agriculteurs, de +8% à +26%. L’INSERM a d’ailleurs conclut en 2013 à un lien fort entre l’exposition professionnelle aux pesticides et l’apparition de cancers de la prostate.

D’autre part, un excès de risque a également été observé pour trois cancers hématologiques :

  • Myélome multiple: un excès de risque de 40% a été observé chez les personnes utilisant des pesticides sur les cultures, augmentant avec la durée d’utilisation. La désinfection des locaux d’élevage, l’utilisation d’insecticides sur les animaux et la désinfection des machines à traire ont également été pointé du doigt.
  • Leucémies lymphoïdes chroniques: un excès de risque de 50% chez les personnes utilisant des pesticides sur cultures, augmentant avec la durée. Cette association est particulièrement forte pour les cultivateurs de blé/orge, de maïs, de tournesol et en viticulture.
  • Lymphome diffus à grandes cellules B: un risque plus élevé a été mis en relation avec l’application d’herbicides en prairies, de pesticides en viticulture et sur la culture du tabac.

Il existe de nombreuses études concernant l’apparition de cancers hématologiques et l’exposition aux pesticides. Les résultats de l’enquête AGRICAN sont cohérents par rapport aux travaux précédents, notamment ceux réalisés au niveau français, qui concluaient à une élévation du risque de certaines hémopathies malignes chez les agriculteurs et qui montraient des augmentations de risque chez les utilisateurs de pesticides.

Par ailleurs, il a été mis en évidence que les utilisateurs de pesticides avaient en moyenne deux fois plus de risque de développer une tumeur du système nerveux central que les autres participants de la cohorte. Plus particulièrement, de nombreuses substances actives de la famille des carbamates sont mises en causes, car elles multiplient le risque de gliomes et/ou méningiomes par des facteurs allant de 2 à 4. Malgré ces résultats, il reste aujourd’hui difficile d’identifier exactement les molécules responsables de l’apparition de cancers, notamment du fait des multi-expositions. L’INSERM avait conclu en 2013 à un niveau de preuve limité entre l’exposition aux pesticides et la survenue de ce type de cancers.

Enfin, l’étude s’est également intéressée à la maladie de Parkinson, maladie caractérisée par une destruction de certaines cellules du cerveau et qui toucherait aujourd’hui près de 200 00 personnes en France. Une fréquence plus élevée de malade chez les éleveurs, les cultivateurs et les utilisateurs de pesticides a été montré. Ceci n’est pas étonnant puisque la maladie de Parkinson est reconnue comme maladie professionnelle pour les travaux exposant aux pesticides. Deux substances actives de la famille des dithiocarbamates (zinèbe et zirame) ont notamment été mis en cause dans AGRICAN. Encore une fois, ces résultats semblent cohérents par rapport aux autres études réalisées sur le sujet puisqu’elles s’accordent à dire que l’exposition aux pesticides entraîne une augmentation du risque de maladie de Parkinson entre 50% et 100%. Les fongicides dithiocarbamates ont déjà été suggéré comme entraînant un risque accru, parmi d’autres familles telles que les organochlorés.

 

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×