Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Cuivre en agriculture : l’agriculture ‘conventionnelle’ en utilise plus de 4 fois plus que l’agriculture biologique!

L’agriculture biologique s’est beaucoup développée en France ces dernières années. Elle représente maintenant plus de 8,3 % de la surface agricole utile pour plus de 2 millions et demi d’hectares.

Face à cette tendance lourde une réaction s’est organisée ces dernières années pour tenter de discréditer l’agriculture biologique. Cette réaction est visible sur des blogs aux auteurs plus ou moins identifiables et les réseaux sociaux (beaucoup de blogs et comptes Twitter sont sous pseudonymes).

De nombreux adversaires de l’agriculture biologique mettent en avant ainsi très souvent le fait que cette agriculture utilise des produits à base de cuivre, dont les impacts environnementaux justifient d’en faire une substance candidate pour la substitution.

Par contre ces mêmes personnes oublient toujours de rappeler que si l’agriculture biologique utilise certes des composés à base de cuivre, elle n’est pas la seule. En effet l’agriculture non Bio utilise aussi ces pesticides à base de cuivre, mais jusqu’à présent on ne savait pas précisément dans quelles proportions.

C’est pourquoi une nouvelle publication[1] de l’ANSES sur l’utilisation du cuivre en agriculture datée de février 2022 et faisant suite à une auto-saisine de l’Agence est des plus intéressantes. En effet cette étude révèle clairement que l’agriculture biologique n’est pas la plus grosse utilisatrice de cuivre en agriculture. Ainsi le rapport précise clairement que « L’agriculture biologique est la plus concernée par l’utilisation du cuivre, la part des surfaces concernées et les doses moyennes apportées étant généralement supérieures à celles de l’agriculture conventionnelle pour la plupart des cultures concernées par l’utilisation du cuivre. Cependant, compte tenu des surfaces totales en production, l’agriculture conventionnelle utilise plus de cuivre en tonnage que l’agriculture biologique. »

En utilisant les données du rapport les plus récentes sur les quantités en tonnes de cuivre utilisées par les différentes filières nous avons réalisé le tableau suivant :

(NB : Les données concernant les quantités de Cu utilisées pour les céréales (enrobage de semences) sont non disponibles dans le rapport. Il n’y a pas de données dans le rapport pour les autres filières pour chaque année, d’où l’utilisation d’années différentes parfois)

Ce tableau montre clairement que la quantité totale de cuivre utilisé en agriculture non bio est 4,37 fois plus importante que celle utilisée par l’agriculture bio à l’échelle du pays ! A noter qu’en plus de ces quantités de Cuivre utilisées en agriculture non bio cette agriculture utilise en plus des fongicides de synthèse en grandes quantités !. Les problèmes environnementaux liés au cuivre en agriculture sont donc globalement bien d’avantage liés à l’agriculture non bio qu’à l’agriculture bio.

Pour que l’agriculture biologique utilise autant de cuivre que l’agriculture non bio actuellement il faudrait en théorie que sa surface soit plus de 4 fois plus importante que maintenant….soit plus de 36% de la SAU, ce qui n’arrivera pas demain matin (malheureusement…).

Essayer de discréditer l’agriculture biologique par son utilisation de produits à base de cuivre est donc non fondé puisque la critique s’applique d’avantage à l’agriculture conventionnelle qui utilise plus de 81% du Cuivre utilisé en agriculture !! Cela est d’autant plus injuste qu’au contraire de nombreux représentants de l’agriculture chimiquement intensive, les représentants des bio se sont lancés depuis 2018 dans un plan de réduction de dépendance au cuivre dans le cadre d’un projet nommé BasIC (Bas Intrant Cuivre). Ce projet est porté par de nombreuses structures[2]  et vise à :

  • Suivre les pratiques de réduction du cuivre et évaluer leur impact environnemental (sur le sol et l’eau) et économique (sur les rendements) en conditions réelles d’application
  • Caractériser les systèmes faiblement consommateurs de cuivre et identifier des stratégies de réduction du cuivre
  • Organiser le transfert des connaissances et la diffusion des résultats.

[1] Cartographie des utilisations des produits phytopharmaceutiques à base de cuivre en France en considérant leur application en agriculture biologique et conventionnelle. Rapport d’appui scientifique et technique. Anses, février 2022 https://www.anses.f17.91210.11=r/fr/system/files/MISSES2021AUTO0060Ra.pdf

[2] la FNAB, l’ITAB, Bio en Grand Est, la CAB Pays de Loire, Agrobio Périgord, Bio Nouvelle-Aquitaine, Bio Occitanie, la Frab Aura et Bio Bourgogne

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×