Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

430 organisations alertent sur la dangereuse proximité entre la FAO et l’industrie des pesticides

430 ONG lancent ce jour un Appel en direction du Conseil de la FAO
pour résilier l’accord de partenariat entre l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et CropLife International (le lobby des pesticides au niveau international).

Rappelant à FAO ses obligations de faire respecter les droits de l’homme, 430 organisations de la société civile – dont Générations Futures –  et des peuples autochtones de 69 pays à travers le monde ont appelé aujourd’hui le Conseil de la FAO à annuler le partenariat de l’agence avec CropLife International, l’association industrielle représentant les plus grands fabricants de pesticides au monde.

Avant la 170e session du Conseil de la FAO qui débute le 13 juin, Pesticide Action Network (PAN) a soumis aux membres du Conseil une lettre coparrainée par 10 autres réseaux mondiaux et au nom des 430 organisations, l’exhortant à prendre des mesures immédiates en séance du Conseil. Cette demande s’appuie sur les préoccupations constantes exprimées par la société civile et les organisations des peuples autochtones, ainsi que sur les recommandations formulées par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation lors de la 49e session du Conseil des droits de l’homme, à savoir : « revoir l’accord avec CropLife International avec une tenir compte des préoccupations relatives aux droits de l’homme » et « d’envisager d’enjoindre au Directeur général de la FAO d’annuler l’accord ».

Dans la lettre, les 430 organisations ont exprimé leurs inquiétudes quant à la façon dont les entreprises membres de CropLife (BASF, Bayer Crop Science, Corteva Agriscience, Sumitomo, FMC et Syngenta) ont « interféré » dans la politique nationale et exercé une pression énorme sur les gouvernements qui prennent des mesures pour protéger les personnes et les l’environnement contre les dommages causés par les pesticides.

En octobre 2020, la FAO a signé une lettre d’intention avec CropLife pour coopérer dans un large éventail de domaines, dans le cadre de la stratégie d’engagement du secteur privé de l’agence. « La FAO approfondit sa collaboration avec CropLife International contrecarre directement tous les efforts visant à interdire progressivement les pesticides hautement dangereux, comme recommandé pour examen par le Conseil de la FAO dès 2006« , indique la lettre.

Les organisations ont également souligné que le partenariat, en vigueur depuis plus d’un an et demi, « sape le soutien de la FAO et de plusieurs États membres à l’agroécologie, une approche qui offre des propositions viables et durables pour générer une alimentation et une agriculture écologiques« . systèmes sans utilisation de pesticides toxiques.

La lettre a souligné que le propre processus de diligence raisonnable de la FAO indique que les entreprises impliquées dans des violations des droits de l’homme peuvent être exclues de partenaires potentiels. Les organisations affirment que « l’utilisation de pesticides dangereux est incompatible avec les droits protégés par les Nations Unies à : la santé ; Environnement propre, sain et durable ; Conditions de travail sécuritaires; Nourriture adéquate; eau salubre et propre et assainissement; Une vie digne; et droits des peuples autochtones, des femmes, des enfants, des travailleurs, des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales ».

« Générations Futures cosigne ce courrier inquiète de voir l’influence sur la politique alimentaire mondiale de ces entreprises favorisant l’utilisation à travers le monde de pesticides dangereux pour la santé et l’environnement. Il n’est plus à démontrer que ces substances toxiques ont des effets néfastes et conduisent dans le mur les systèmes alimentaires qui en dépendent: perte en biodiversité, intoxications aigues, maladies chroniques, perte d’autonomie des agricultures vivrières etc. La FAO doit réagir et être la garante d’un modèle agricole durable non dépendant aux pesticides de synthèse. » déclare Nadine Lauverjat Déléguée générale de Générations Futures.

De plus, un rapport d’information intitulé « Aborder le conflit d’intérêts et l’incompatibilité du partenariat de la FAO avec CropLife International » – détaillant la nécessité de mettre fin à ce que la société civile et les peuples autochtones appellent « l’alliance toxique » entre la FAO et l’industrie des pesticides – a été soumis au Conseil de la FAO par 11 organisations mondiales à la tête de la campagne.

Un rapport d’information distinct intitulé « Capture d’entreprise de la FAO : l’influence croissante de l’industrie sur la gouvernance alimentaire mondiale », avec le partenariat avec CropLife parmi les études de cas, a également été soumis à la FAO et aux États membres à temps pour la session du Conseil de la FAO.

Liens vers la lettre au Conseil de la FAO

Anglais : https://bit.ly/LetterFAO2022
Espagnol : https://bit.ly/CartaFAO2022
Français : https://bit.ly/LettreFAO2022

Lien vers le rapport d’information aux États membres de la FAO : https://bit.ly/ToxicAllianceBrief

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×