Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Rendez-vous devant le TASS de St Brieuc le 20 février pour soutenir des salariés de l’agroalimentaire victimes des pesticides

Générations Futures soutient les salariés de l’agroalimentaire intoxiqués par des pesticides en 2009 et appelle à rejoindre la manifestation de soutien du 20/02 à St Brieuc devant le TASS.

En septembre 2011, Générations Futures, à la demande du Syndicat Solidaires, et en partenariat avec ATTAC et Phyto-victimes co-organisait une conférence de presse[1] pour rendre visible la situation de salariés de l’agroalimentaire intoxiqués par des insecticides dont l’un interdit. Depuis, des actions en justice ont été déposées et ce 20 février la faute inexcusable de l’employeur sera jugée par le TASS de Saint Brieuc. Un appel à manifestation de soutien ce jour-là, à l’initiative de Solidaires, est lancé, appel auquel s’associe GF et d’autres structures.

Que s’est-il passé depuis ? Gravement intoxiqués par des pesticides interdits, Stéphane Rouxel et Laurent Guillou ex-salariés de l’entreprise Nutréa-Triskalia de Plouisy dans les Côtes d’Armor mènent depuis trois ans un combat de tous les instants pour faire reconnaître leur maladie, exiger réparation et dénoncer le scandale sanitaire et environnemental que représente  l’utilisation des pesticides dans l’industrie agroalimentaire[2].

Accidentés du travail et empoisonnés, Stéphane et Laurent ont finalement été licenciés par leurs employeurs, qui ne les ont pas reclassé et encore moins pour les indemnisé. Atteints tous les deux d’une maladie très invalidante, l’hypersensibilité aux produits chimiques multiples (MCS en anglais), ils n’ont pas retrouvé d’emplois, ont épuisés leurs droits au chômage et n’ont plus aujourd’hui comme ressource que l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) pour vivre avec leur famille.

Pour obtenir réparation, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, défendus par Maîtres François Lafforgue et Camille Lasoudris du cabinet Teissonnière ont engagés trois procédures judiciaires. L’une devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Saint Brieuc pour qu’il statue sur la fixation de leur taux d’incapacité professionnelle permanente (IPP) et sur la faute inexcusable de l’employeur. Une autre devant le Tribunal des Prud’hommes de Lorient  et une troisième au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui, auprès du Tribunal de Grande instance de Saint Brieuc. Le 20 février prochain c’est la faute inexcusable de l’employeur qui sera jugée par le TASS de Saint Brieuc.

Appel à soutien. Le 20 février, à l’appel du Comité de soutien[3] des salariés de Nutréa-Triskalia, nous serons nombreux à nous mobiliser pour soutenir Laurent Guillou et Stéphane Rouxel pour demander que la faute inexcusable de l’employeur soit reconnue et qu’enfin  justice leur soit rendue.

« Il n’est pas acceptable que des personnes se retrouvent exposées dans le cadre de leur travail à des produits toxiques et tombent gravement malade du fait de cette exposition. »  déclare François Veillerette, Porte-Parole de Générations Futures « Il est plus que temps que l’agroalimentaire prenne les mesures qui s’imposent pour ne plus exposer ses salariés à des pesticides dangereux. La profession agricole commence à prendre conscience du danger de ces toxiques, il serait temps que les autres industries qui y exposent son personnel fassent de même. Le changement de cap et le développement des alternatives aux pesticides c’est maintenant ! » ajoute t’il


[2] Voir l’interview de Stéphane et Laurent lors du congrès « Pesticides et santé quelles voies d’amélioration possibles ? »

[3] Union syndicale Solidaires, Confédération Paysanne, Phyto-Victimes, Générations Futures, Attac, LDH, Eaux et Rivières de Bretagne, Bretagne Vivante, EELV, UDB, Fase, P.G, Sauvegarde du Trégor, Sauvegarde du Penthièvre ….

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×