Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Glyphosate – Une évaluation scientifique de cancérogénicité solide et crédible est nécessaire

Le réseau PAN Europe (Pesticide Action Network) présidé par François Veillerette et dont Générations Futures est membre, a envoyé une lettre à Vytenis Andriukaitis,  du département de la santé et de la sécurité alimentaire de la commission européenne, pour lui demander d’interdire le Glyphosate.
En mars, le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC), agence de l’OMS,  a classé le glyphosate dans la catégorie des « cancérogènes probables ». Or, l’Institut Fédéral Allemand d’Evaluation des  Risques (BfR) qui a émis le rapport d’évaluation de renouvellement d’autorisation du glyphosate déclarait, dans son évaluation du risque pour la santé que le glyphosate « ne paraissait pas susceptible de poser un risque cancérigène aux humains »  et qu’il n’y avait « aucune preuve d’un potentiel de génotoxicité ». Il y a de nombreuses failles dans ce rapport d’évaluation de renouvellement d’autorisation du glyphosate émis sous l’égide des autorités allemandes, notamment : 

  • Le rapport n’a pas évalué un vaste pan d’études examinées par des pairs et publiées qui ont, elles,   été prises en compte dans l’étude du CIRC.
  • Lorsque le rapport prend en compte et évalue certaines études examinées par des pairs publiées, il en écarte un grand nombre qu’il considère non pertinentes, alors que le CIRC les avait jugées pertinentes.
  • Le rapport minimise les conclusions d’études publiées sur des animaux de règlementation attestant la cancérogénicité, sans pour autant donner de justification adéquate au rejet de ces conclusions.
  • Le rapport ne prend pas en compte dans le champ de son évaluation le stress oxydatif comme mécanisme potentiel de cause de cancer.
  • Les conclusions du rapport sont très largement fondées sur des études règlementaires non publiées fournies par les entreprises du secteur de la chimie productrices de glyphosate. Ce point est particulièrement préoccupant étant donné les interprétations contradictoires réalisées à partir de preuves publiées.

 

Générations Futures, avec les 45 organisations qui ont signé la lettre, appelle le commissaire Andriukaitis à :

  • Charger l’Agence Européenne de produits chimiques (ECHA) de mener une étude approfondie de cancérogénicité et sur d’autres « points finaux » pertinents à intégrer dans son évaluation à venir de la classification et de l’étiquetage harmonisés (CLH), en plus des points finaux proposés par l’Allemagne ;
  • S’assurer du caractère scientifiquement solide et crédible du rapport d’évaluation de renouvellement allemand, et du fait qu’il incorpore le résultat de la classification et de l’étiquetage harmonisés (CLH) ;
  • Interdire Immédiatement l’utilisation du glyphosate lorsque celle-ci résulte en une exposition du  grand public et des professionnels, soit directement soit par les résidus dans la nourriture.

Retrouvez la lettre originale avec toutes les organisations qui ont co-signé la lettre : Téléchargez la lettre originale (en anglais)
La lettre traduite en Français : Téléchargez la lettre (en Français)

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×