Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Manger bio protège notre métabolisme !

Manger bio protège notre métabolisme !

Dans le cadre de l’étude Nutrinet-Santé, qui vise à mieux comprendre les modes de productions des aliments consommés (bio ou conventionnel), la santé et l’environnement, plusieurs chercheurs dont Denis Lairon, nutritionniste et directeur de recherche émérite à l’INSERM et Emmanuelle Kesse-Guyot, directrice de recherche à l’INRA, ont montré que manger bio entraîne une diminution du risque de syndrome métabolique. Cette nouvelle enquête fait suite à deux études précédentes que l’équipe a réalisé grâce à la cohorte d’adultes NutriNet-Santé. Ils avaient montré que les consommateurs très réguliers d’aliments bio sont moins enclins à prendre du poids, être en surpoids ou obèses, comparés aux non-consommateurs bio.

Dans cette nouvelle enquête, les chercheurs ont étudié les liens entre consommation bio et probabilité de présenter un syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique est un état pathologique qui se développe à partir de l’obésité abdominale et conduit généralement au diabète de type 2. C’est également un prédicteur d’un risque cardio-vasculaire augmenté.

Pour cela, la cohorte NutriNet santé de 8174 personnes a été divisée en trois groupes – pas ou très peu d’alimentation bio, alimentation bio partielle et alimentation bio importante (renseigné par des questionnaires). Suite à une visite médicale permettant la mesure des paramètres cliniques et la réalisation d’une prise de sang à jeun, les trois groupes ont pu être comparés à l’aide de méthodes statistiques sophistiquées, qui permettent de prendre en compte les autres différences connues entre ces personnes (dont âge, sexe, éducation, activité physique, tabagisme, alimentation globale).

Les chercheurs ont ainsi pu établir un lien entre consommation bio et baisse du risque de présenter le syndrome métabolique. En effet, les chercheurs ont montré que des personnes qui consomment bio (environ 62% du total de leur alimentation) ont une probabilité significativement plus faible de 31% de présenter un syndrome métabolique par rapport à ceux qui ne consomment pas bio.

Les chercheurs ont également souhaité savoir quels groupes d’aliments bio en particulier sont les plus associés à la diminution du risque de syndrome métabolique. Arrivent ainsi en tête les boissons non-alcoolisés (boissons sucrées, jus de fruit), les aliments riches en
amidon ou riches en sucre, les fruits et légumes, les céréales complètes, les huiles et
matières grasses, les substituts de viande ou de produits laitiers. On trouve ensuite les œufs,
les produits laitiers et les fast-foods bio.

Enfin, ils ont observé que la réduction du risque de syndrome métabolique par la consommation d’aliments bio est :
– plutôt plus forte (- 56%) chez les personnes qui ont une alimentation de faible qualité
comparé à celles avec une alimentation de haute qualité (- 34%),
– n’est pas modifiée par le niveau d’activité physique,
– est supprimée chez les personnes qui fument actuellement.

Parmi les hypothèses d’interprétation de ces résultats, on note l’exposition plus faible des forts consommateurs de bio aux résidus de pesticides chimiques de synthèse. Les fruits,
légumes et céréales étant parmi les produits les plus contaminés habituellement selon les
données européennes officielles, la bien moindre contamination de ces aliments bio, et
donc de leurs consommateurs, pourrait contribuer à expliquer l’effet observé.

Ces données sont d’ailleurs cohérentes avec d’autres études faisant le lien entre l’exposition à des pesticides de synthèse et/ou perturbateurs endocriniens et l’obésité ou le diabète de type 2.

Pour en savoir plus :

Lisez l’interview d’ Emmanuelle Kesse-Guyot sur le site de l’INRA : http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Toutes-les-actualites/Consommation-d-aliments-bio-et-syndrome-metabolique

Rendez-vous sur le site de l’étude Nutrinet-Santé : https://www.etude-nutrinet-sante.fr/

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×