Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Refus de financement pour une étude majeure sur les pesticides

Un groupe de chercheurs a adressé un courrier le 10 octobre 2016 aux ministres de l’Agriculture, de la Santé, du Travail, de l’Environnement et de la Recherche, du fait d’un refus de financement d’un projet de recherche en santé publique sur le thème des pesticides. 

Explications. Les effets pathogènes – et en particulier cancérigènes – de nombreux pesticides, toujours en usage, sont aujourd’hui connus, ce que confirment plusieurs expertises scientifiques laissant peu de place au doute (dont celles de l’Inserm en 2013 et de l’ANSES en 2016). Or, alors même que la toxicité des substances est connue, les maladies liées aux pesticides demeurent très largement invisibles, et l’usage de ces produits dangereux se poursuit. Face à ce constat, l’une des principales préconisations figurant dans ces rapports est le besoin de connaissances sur les expositions professionnelles et environnementales aux pesticides, en situation réelle, tout au long des parcours professionnels et de l’histoire résidentielle des personnes exposées, surtout si elles sont victimes de maladies connues pour leurs liens avec les pesticides, dont, notamment, les maladies hématologiques.

 

 Une recherche cruciale.Partant de l’inquiétude des médecins oncologues/hématologues du Centre hospitalier d’Avignon devant l’augmentation importante, au cours des dernières années, des nouveaux cas de cancers hématologiques (lymphomes, myélomes, leucémies) dans leur bassin de population, un groupe pluridisciplinaire (sociologues, géographes, médecins du travail, oncologues, généralistes, assistante sociale, cadre de santé) s’est constitué pour engager une démarche d’étude des parcours professionnels et résidentiels des patients de ce service, dans le double objectif d’identifier les expositions à des cancérogènes connus en vue de la prévention et de faciliter l’accès des patients aux droits de la réparation en maladie professionnelle.

Un refus non motivé. Soumis pour financement dans le cadre de l’appel à projet Ecophyto II  et tout d’abord classé « priorité 1 » par la commission de sélection de l’appel à projets, ce projet a finalement été rejeté sans justification.D’où la lettre jointe dans laquelle les chercheurs demandent quels ont été les critères d’élection des projets.
Censure? Pour certains des chercheurs il pourrait s’agir d’une forme de censure politique de ce projet. Non seulement les moyens de la recherche publique ne sont pas à la mesure des enjeux, tels que rappelés dans les rapports cités, mais l’attribution des moyens existants se fait de façon opaque.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×