Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Des études mettent en évidence les liens entre exposition aux pesticides et effets sur la santé à des distances d’habitations allant jusqu’à 1 km!

Une nouvelle étude fournit un aperçu de la manière dont l’exposition aux pesticides des riverains a été abordée jusqu’à présent dans la littérature scientifique.

Un article résultant du partenariat entre l’Inserm, les hôpitaux de Bordeaux, l’agence régionale de santé de la Nouvelle-Aquitaine et ECOSYS a été publié au mois d’avril 2020 dans la revue PLOS ONE. Il s’intéresse aux expositions non-professionnelles aux pesticides et leur lien avec différents impacts sanitaires. En raison de la proximité des riverains avec les champs, ces dernières représentent un sujet de préoccupation des plus importants puisqu’elles peuvent notamment être exposées aux pesticides via la dérive des pulvérisations pendant l’application ou la volatilisation des substances après application. Ainsi, plus de 150 articles, publiés entre 1988 et 2019, ont été identifiés. L’étude qui en résulte fournit un aperçu de la manière dont l’exposition aux pesticides des riverains a été abordée jusqu’à présent dans la littérature scientifique, en identifiant notamment les méthodes utilisées et les lacunes potentielles.

Première constatation, la plupart des travaux s’intéressaient au lien entre l’exposition aux pesticides et des effets sur la santé, principalement l’apparition de cancers et de troubles reproductifs. Les mesures de surveillance sont plus rares et sont conduites dans le but de quantifier l’exposition et d’identifier les facteurs d’influence. Enfin, seule une poignée d’étude ont réalisé une évaluation des risques, par approche directe (basée sur des mesures biologiques et environnementale) ou indirecte (basée sur de la modélisation).

Il n’est ensuite pas surprenant de lire que la proximité avec des champs ou une zone d’agriculture intensive favorise largement l’exposition aux pesticides. Le facteur saisonnal est également à prendre en compte puisqu’il influe sur les pulvérisations. Par ailleurs, la part que représente chacune des voies d’exposition (inhalation, ingestion, contact cutanée) non alimentaires dans l’exposition globale n’a pour le moment pas pu être déterminée.

Enfin, de nombreuses études mettent en évidence les liens entre exposition aux pesticides et effets sur la santé à des distances d’habitations allant jusqu’à 1000 mètres. Cela s’explique par une dispersion des pesticides qui varie grandement en fonction des substances considérées. Il est donc aujourd’hui difficile d’établir une distance permettant de définir précisément le terme riverain puisque les études considèrent des distances comprises entre 25 et 3 000 mètres.

Article : Teysseire R, Manangama G, Baldi I, Carles C, Brochard P, Bedos C, et al. (2020) Assessment of residential exposures to agricultural pesticides: A scoping review. PLoS ONE 15(4): e0232258.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×