Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger
Je fais un don

Partager

Actualités

Lancement de la Save the Bees Coalition pour obtenir l’interdiction des insecticides tueurs d’abeilles

80 ONG, dont Générations Futures, exigent une interdiction complète des néonicotinoïdes

En décembre 2013, la Commission européenne a restreint l’utilisation de trois insecticides néonicotinoïdes très toxiques pour les abeilles, à savoir l’imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame. À l’occasion du 4e anniversaire de l’interdiction partielle de ces substances, de nouvelles connaissances scientifiques confirment que ces restrictions ne vont pas assez loin. Par conséquent, plus de 80 ONG de l’UE se réunissent pour demander aux décideurs de l’UE d’interdire complètement les néonicotinoïdes sans plus tarder.

Une proposition de la Commission européenne visant à étendre l’interdiction à toutes les cultures de plein air sera discutée du 12 au 13 décembre et les États membres pourraient être invités à voter sur cette proposition. Le Royaume-Uni, l’Irlande et la France ont récemment indiqué qu’ils étaient en faveur d’une interdiction plus stricte, mais d’autres États membres n’ont pas encore fait connaître leur position.

La proposition de la Commission se fonde sur les conclusions de l’Autorité européenne de sécurité des aliments selon lesquelles les abeilles sont exposées au risque d’utilisation de néonicotinoïdes sur toutes les cultures en plein air, et non seulement à partir des cultures florales sur lesquelles elles se nourrissent directement. Plusieurs nouvelles études montrent également comment les néonicotinoïdes contaminent l’environnement et peuvent être présents dans l’eau et les fleurs sauvages qui mettent en danger la vie sauvage.

Martin Dermine, expert en pollinisation de PAN Europe, a déclaré: « En 2013, il y avait suffisamment de preuves pour interdire totalement les néonicotinoïdes. Leur toxicité n’est pas compatible avec la production alimentaire durable. Nos abeilles et les populations d’insectes en général ont besoin d’une attention particulière car leur déclin est dramatique. Les preuves montrent que malgré les informations alarmistes répandues par l’industrie des pesticides, les restrictions de 2013 n’ont pas entraîné de réduction des rendements des cultures. Il n’y a donc aucune raison de maintenir leur utilisation et l’effondrement environnemental qu’ils génèrent.  »

En 1994, lorsque l’imidaclopride a été autorisé pour la première fois sur des tournesols en France, les apiculteurs français ont immédiatement constaté l’impact négatif majeur de ces produits chimiques sur la santé de leurs ruches. Les champs de tournesol sont passés d’une source majeure de production française de miel à une source de déclin de l’industrie apicole française.

Après 19 ans de mobilisation des apiculteurs et des écologistes, la Commission européenne a décidé d’interdire l’utilisation des néonicotinoïdes sur les cultures aptes aux abeilles en 2013. L’exécutif européen a également demandé aux producteurs de ces substances, Bayer et Syngenta, de fournir des «données de confirmation». afin de mieux évaluer la toxicité de ces substances.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a évalué ces données et publié ses évaluations en novembre 2016 [1]. L’EFSA a confirmé que ces substances étaient hautement toxiques pour les abeilles mellifères, les bourdons et les abeilles solitaires. L’Autorité a également confirmé qu’il subsistait des lacunes dans les données empêchant une évaluation adéquate des risques, en particulier pour les abeilles sauvages. L’EFSA a également averti que les abeilles pourraient être exposées aux néonicotinoïdes au-delà des cultures car ces insecticides se propagent rapidement dans l’environnement, contaminant également les fleurs sauvages.

En outre, la science indépendante a montré que la toxicité des néonicotinoïdes va bien au-delà des abeilles . Un déclin spectaculaire des insectes a été récemment démontré avec une chute de 75% de la biomasse d’insectes dans les zones naturelles allemandes sur 27 ans [2], que les auteurs attribuent aux pratiques agricoles intensives, y compris l’utilisation de pesticides. Une récente mise à jour de l’Evaluation Intégrée Mondiale sur l’Impact des Pesticides Systémiques sur la Biodiversité et les Ecosystèmes a évalué 500 articles scientifiques publiés depuis 2014 et confirme le risque élevé que représentent ces substances pour les insectes mais aussi pour les vertébrés et la faune en général [3] .

Suite aux avis de l’EFSA en novembre 2016, la Commission européenne a envoyé un projet de règlement aux États membres de l’UE en février pour interdire trois néonicotinoïdes de l’agriculture européenne, avec une dérogation accordée à leur utilisation dans des serres permanentes. Les États membres de l’UE discuteront et éventuellement voteront sur le projet de règlement lors du Comité permanent sur les pesticides du 12 au 13 décembre.

Plus de 80 ONG de l’UE, couvrant la plus grande partie de l’Union européenne et comprenant des apiculteurs, des écologistes et des scientifiques, lancent officiellement aujourd’hui la Save the Bees Coalition [4] pour obtenir l’interdiction de nos besoins environnementaux. La Coalition préconisera que tous les États membres votent en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire toute utilisation de ces néonicotinoïdes pour protéger nos abeilles, y compris les serres, car les serres ne sont pas des systèmes fermés et n’empêchent pas les fuites et la contamination environnementale . La Coalition exigera également que tous les autres pesticides chimiques soient correctement testés pour leur impact sur les abeilles afin que tous les pesticides nuisibles aux abeilles soient interdits dans l’UE. Par conséquent, les États membres doivent approuver sans tarder le document d’orientation sur les abeilles 2013 de l’EFSA [5].

Membres de la Save the Bees Coalition:

Abella Lupa, Agrupació pour la protecció del medi ambient del Garraf, APIADS, Apicultura de huesca, Apiscam, Apiservices, Arieco, Asociación Bee Garden, Asociación de apicultores de la Región de Murcia, Asociación de Apicultores de Murcia, Asociación Galega de apicultura, Asociación Medioambiental Jara, Association pour la défense Ecolóxica de Galiza, Association RedMontañas, Association Reforesta, Association Catalane d’Afectades et Afectes de Fibromyalgie et d’autres Síndromes de Sensibilització Central, Avaaz, Baltique Forum environnemental Lettonie, Bamepe, Bee Life – Coordination européenne de l’apiculture , Bijenstichting, Buglife, BUND, Campact, COAG – Comunidada Valenciana, Confederación en Defensa de la Abeja en Corniche Cantabrique, Cooperativa El Brot, Deutsche Berufs et Erwerbs Imker Bund, Division de l’Apiculture – Organisation de l’Agriculture Hellénique DEMETER, Earth Thrive, Eco Hvar , ECOCITY, ecocolmena, Conseil écologique, Ecologistas en Acción, Parti vert estonien, Association européenne des apiculteurs professionnels, Fédération des associations d’apiculteurs grecs, Fondation pour l’environnement et l’agriculture, Fondation des amis des abeilles, Amis de la Terre Europe, Générations Futures, Gipuzkaoko Erlezain Elkartea, Centre de durabilité Glore Mill pour Biodiversité et Énergie, Greenpeace, Groupe d’Études et Protection des Ecosystèmes Catalans, Inter-Environnement Wallonie, INLUISAL SL, La Apnera, La Vinca, Fonds lituanien pour la Nature, Melazahar, Melliferopolis, NABU, Natur & ëmwelt, Nature & Progrès Belgique, Pesticide Action Réseau Europe, Pesticide Action Network Royaume-Uni, Pestizid Aktions-Netzwerk, ProBiene, Proyecto Gran Simio, Quercus, Riet Vell, Romapis, Salvem la Platja Llarga, Association des apiculteurs slovènes, Slow Food, SOS polinizadores, Société espagnole d’agriculture biologique, Statera ONG , SumOfUs, Territoires Vivos, Tot mel can ginesta, Umweltinstitut München, Unió de Llauradors I Ramaders, U nion Nationale de l’Apiculture Française, Fondation Via Pontica, Vilde Bier au Danemark, WECF France, WECF Allemagne, WWF España.

Agissez

Suivez-nous

×
×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...