Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Étude : forte toxicité des co-formulants utilisés dans les herbicides à base de glyphosate

Une nouvelle étude de l’équipe du Pr. Gilles Eric Séralini montre une forte toxicité des co-formulants utilisés dans les herbicides à base de glyphosate et la présence de métaux lourds comme l’arsenic dans ces herbicides.

La toxicité du glyphosate est fortement débattue au niveau international par les organismes de réglementation et de santé, mais d’autres produits présents dans les formulations à base de cette molécule sont rarement pris en compte.

Les produits de formulation utilisés avec le glyphosate dans les herbicides sont déclarés inertes et confidentiels et les effets à long terme de ce mélange ne sont pas évalués.

Le professeur Gilles-Eric Séralini de l’Université de Caen Normandie, et ses collègues, le Dr Nicolas Defarge et le Dr Joël Spiroux, viennent de publier une nouvelle étude (1) qui apporte un éclairage nouveau sur ce sujet. Ils ont ainsi pu montrer dans cette publication que :

  • Les herbicides à base de glyphosate contiennent des métaux lourds tels que l’arsenic. Ceux-ci ne sont pas déclarés publiquement.
  • Testés sur des plantes, les co-formulants contenus dans ces herbicides tels que POEA sont toxiques isolément, tandis que le glyphosate seul n’est pas aussi toxique pour les plantes aux niveaux agricoles normaux, mais apparemment seulement à des niveaux plus élevés.
  • Testés sur des cellules humaines, les formulants composés de résidus pétroliers ont un effet perturbateur plus endocrinien et sont même très plus toxiques que le glyphosate.

Le professeur Gilles-Eric Séralini a déclaré: « Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif sont scientifiquement erronées et que l’évaluation de la toxicité est également erronée: cette molécule est testée seule pour des effets à long terme sur la santé mais les produits de formulation – composés de résidus de pétrole toxiques et d’arsenic – ne sont pas testés à long terme. Nous appelons à la publication immédiate et transparente des formulations et surtout de tous les tests de santé effectués sur eux. Les niveaux acceptables de résidus de glyphosate dans les aliments et les boissons devraient être immédiatement divisés par un facteur d’au moins 1 000 en raison de ces poisons cachés. Les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits.  »

Générations Futures partage ce point de vue et demande que l’évaluation des effets chroniques des pesticides soit rapidement réformée et prenne en compte l’ensemble des composants présents dans les formulations et la toxicité du mélange final. Ces découvertes renforcent la nécessité de retirer du marché les herbicides à base de glyphosate dans les meilleurs délais, car leur toxicité est largement sous estimée, comme le montre cette étude.

 

1 : Toxicity of formulants and heavy metals in glyphosate-based herbicides and other pesticides. N. Defarge, J. Spiroux de Vendômois, G.E. Séralini. Toxicology Reports. Volume 5, 2018, Pages 156–163 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S221475001730149X

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×