Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

EXPPERT 10 : nouveau rapport de Générations Futures sur les pesticides perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

EXPPERT 10 : Générations Futures montre pour la première fois que 6 résidus de pesticides sur 10 quantifiés dans l’alimentation européenne sont des perturbateurs endocriniens suspectés.

Press Release in English below

Pesticides perturbateurs endocriniens. Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme. Elles peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire de nombreux effets néfastes sur l’organisme d’un individu ou sur ses descendants. De nombreux pesticides ou biocides sont des PE avérés ou fortement suspectés.

Agir maintenant. Afin de montrer l’urgence de l’action préventive dans ce domaine des PE, Générations Futures réalise depuis 5 ans une série de rapports basés sur des analyses et des enquêtes fouillées montrant l’omniprésence de très nombreux PE dans notre environnement engendrant une exposition importante de la population : ce sont les rapports EXPPERT (pour EXposition aux Pesticides PERTurbateurs endocriniens).

Un rapport ciblé. Le rapport EXPPERT 10[1] s’intéresse à l’une des voies d’exposition les plus importantes pour les non-utilisateurs de pesticides : l’alimentation. Pour réaliser ce nouveau rapport nous nous sommes basés sur les données officielles existantes publiées chaque année par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Résultats. Après une analyse fine des données publiées en juillet 2018 par l’EFSA[2], nous avons calculé que 66 849 résidus de pesticides PE suspectés ont été quantifiés sur les 109 843 résidus de pesticides quantifiés au total. Ce total de résidus de pesticides PE suspectés représente 60,85% de tous les résidus de pesticides quantifiés par l’EFSA, soit plus de 6 sur 10 ! La contamination alimentaire par les pesticides est donc très largement une voie de contamination par les PE !

« Notre travail montre que plus de 6 résidus de pesticides sur 10 quantifiés dans l’alimentation européenne sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, pour lesquels on ne peut prétendre qu’une dose sûre, sans effet, existe, et donc pour lesquels la notion de Limite Maximale en Résidus n’a pas de sens ! » déclare F. Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « Générations Futures demande de prendre en compte prioritairement ces données au niveau national et communautaire. En effet, notre analyse démontre que les résidus de pesticides PE dans l’alimentation sont une source majeure d’exposition de la population à ces produits ! Il faut donc mettre en place des actions prioritaires pour conduire à la disparition à terme de ces pesticides perturbateurs endocriniens de notre agriculture et de notre alimentation et mettre en place des mesures efficaces, tout particulièrement dans la future Stratégie nationale perturbateurs endocriniens, actuellement en discussion[3]. » conclut-il.

[1] Retrouvez le rapport complet en ligne :  https://www.generations-futures.fr/publications/exppert-10-pesticides-alimentation-perturbateurs-endocriniens

[2] https://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/5348

[3] Voir le paragraphe sur le « Contexte » du présent rapport


New report EXPPERT 10 : nearly two thirds of pesticides residues in European food are suspected endocrine disruptors (ED)

The French NGO Générations Futures, a Pesticide Action Network Europe and HEAL member organisation, studied the EFSA report “2016 EU report on pesticide residues in food” published in July 2018, looking for the share of endocrine disrupting pesticides in all the residues found[1].

In the overall monitoring programmes ( EU coordinated programme and national programmes)  84 657 food samples were tested. 49,3% of these samples contained at least one quantified pesticide residue (or several). MRLs were exceeded in 3,8% of the samples. 109 843 residues were quantified in total and related to a total of 41 722 samples and 350 different pesticides.

Générations Futures checked these 350 pesticides. 157 of them (44,86%) are included in the Tedx database (created by Theo Colborn and listing chemicals for which at least one published scientific study finds an ED effect [2]) and are thus suspected endocrine disruptors.

These 157 suspected ED pesticides accounted for 69433 residues which amounts to 63,21% of the total 109 843 pesticides residues found by EFSA.

« This analysis clearly shows that pesticide residues in food are a major source of exposure to EDCs as nearly two thirds of pesticides residues in European food are suspected EDCs !» declared François Veillerette, Director of Générations Futures. « EFSA just can’t continue to claim that things are under control because MRLs are rarely exceeded. Indeed, ED pesticides can act at very low doses as for these ED chemicals it is more the period of exposure that makes the risk rather than the dose itself. Foetuses are for instance very much at risk with these ED pesticides that can trigger diseases later in life as cancer, diabetes, impair reproduction and the development of the nervous system. The Commission should thus launch a systematic substitution policy to replace these suspected ED pesticides !» He added.

The report in French can be found here  and the press release in pdf

[1] https://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/5348

[2] https://endocrinedisruption.org/

Revue de presse :

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×