Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Le HCB rend son avis ce matin : le Conseil est obligé de reconnaitre les carences des évaluations !

Suite à la saisine du Gouvernement, le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a rendu son avis sur l’étude de GE Séralini ce matin. Le HCB est contraint, grâce à cette étude, de reconnaitre la nécessité de tests chroniques à réaliser pour toute évaluation des OGM et du Round-up.

Avis pour quoi faire ? Rappel.  Suite à la publication par l’équipe de Gilles-Eric Séralini d’un article dans la revue  Food and Chemical Toxicology [1], le gouvernement a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) et au Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) par saisine en date du 24 septembre 2012[2] de rendre des avis sur cette étude. Le HCB rendait son avis public ce matin (l’ANSES le fera cet après –midi). Rappelons que certaines de nos ONG ont envoyés par lettre aux différents ministères concernés les réponses qu’elles espèrent voir apportées aux questions (voir lettre en annexe).
Les réponses du HCB. Alors que le HCB conteste en partie les conclusions de l’étude de GE Séralini, comme on pouvait s’y attente de la part de cette instance et malgré le fait que cette étude ait le mérite pour la première fois de faire une analyse de donnée biologiques – et non de nutrition comme les études des industriels – sur durée vie entière de l’impact d’un OGM et de diverses concentration d’un Round-up, ce conseil est contraint d’admettre la nécessité de mener des évaluations chroniques sur du long terme, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle ; que ce soit pour les OGM qui ne sont évalués que pendant 3 mois ou encore les pesticides, dont les produits formulés commercialisés ne sont pas testés pour les effets chroniques.
« Générations Futures s’interroge sur le parti pris du HCB qui voit la paille dans l’œil de Séralini mais pas la poutre dans l’œil de Monsanto. Si la critique est faite pour cette étude, alors que penser de toutes les études faites par les industriels ! Les études de Monsanto sont, elles, faites sur des durées 8 fois plus courtes et sur beaucoup moins de paramètres analysés. Le silence du HCB sur les carences de ces études de Monsanto est assourdissant et il est incompréhensible que le HCB ne remette pas en cause la validité de ces études et donc les homologations qui en ont découlées» déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « Générations Futures apprécie cependant le fait qu’enfin il soit demandé la réalisation de tests chroniques ! Nous attendons donc que soit suspendue immédiatement la mise sur le marché des OGM agricoles et des Round-up concernés en attendant que soient réalisées ces études sur 2 ans. Si l’ANSES, à son tour, appuie sur cette nécessité des tests chroniques cet après-midi on ne voit pas comment les pouvoirs publics refuseraient d’accéder à cette demande, cela remettrait en cause l’intérêt de tels agences et institutions. » conclut-il.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×