Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Quand des représentants de LREM soutiennent le retour des OGM, via les « nouveaux » OGM

‘Nouveaux OGM’ : l’offensive des lobbies continue de plus belle pour essayer de les imposer…avec des soutiens nombreux dans la majorité LREM comme l’ex écologiste François de Rugy !

On savait que le Conseil d’Etat, faisant suite à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne(CJUE), avait rendu en février 2020 une décision[1] considérant clairement que les plantes obtenues par la technique de mutagénèse[2] sont bel et bien des OGM. Cette décision donnait six mois à la France pour changer sa réglementation et suspendre la culture de ces plantes[3]. Le gouvernement n’ayant toujours pas donné suite à ces injonctions du Conseil d’Etat celui-ci a décidé de rouvrir la procédure contentieuse contre le Gouvernement dans ce dossier des nouveaux OGM. Dans ce contexte la position du gouvernement est en effet très inquiétante car, malgré l’arrêt de CJUE, celui-ci, par la voix du Ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, considère[4] que ces nouvelles biotechnologies ne sont pas des OGM et devraient donc bénéficier d’une règlementation spécifique…ce qui permettrait alors de rendre leur culture légale ! Rappelons que de nombreuses variétés résistantes ou tolérantes aux herbicides (VRTH) obtenues par mutagénèse existent notamment pour le tournesol et le colza. L’Anses confirme[5] des risques de développement de résistances des adventices aux herbicides et in fine d’augmentation de l’utilisation d’herbicides liés à l’utilisation de ces VRTH.

C’est dans ce contexte que Générations Futures a appris que l’Union Française des Semenciers (UFS) organisait ce 6 mai un colloque intitulé « Les méthodes récentes d’amélioration des plantes : un avenir prometteur pour l’agriculture européenne et française ? »

Ce n’est pas une surprise de voir l’UFS tenir ce genre de colloque dont la finalité est clairement d’influencer les autorités pour faire changer la législation et d’exonérer les nouveaux OGM comme les VRTH des contraintes actuelles afin de pouvoir les cultiver légalement. En revanche ce qui est plus marquant c’est de lire sur le programme[6] de l’évènement que celui-ci a lieu ‘sous le haut patronage’ du Député LREM Jean-Baptiste Moreau. Le soutien de LREM semble donc clair pour la mise en culture de ces nouveaux OGM. Il est d’autant plus visible ici que le premier orateur de ce colloque n’est autre que François De Rugy, ex écologiste et ancien Ministre de l’écologie, avec le thème ‘Quel champ des possibles grâce à l’innovation biotechnologique ?’Les récents propos[7] de l’ex ministre ne laisse aucun doute sur le fait que lui aussi soutiendra ces nouveaux OGM en tribune (virtuelle puisque le colloque se tiendra en distanciel). On retrouve également en tribune, en plus des représentants de l’industrie semencière comme Limagrain ou Euroseeds, Gérald Bronner, sociologue connu pour ne pas porter dans son cœur le principe de précaution[8]  Et, cerise sur le gâteau, le colloque est animé par… Emmanuelle Ducros, journaliste à l’Opinion et soutien indéfectible de l’agriculture intensive dans ses articles et sur les réseaux sociaux.

Bref tous les ingrédients sont réunis pour que ce colloque renforce encore un peu plus la petite musique gouvernementale actuelle qui prépare l’opinion à un retour des OGM par l’intermédiaire de ces ‘nouvelles biotechnologies’ (NBT) comme la mutagénèse. Pour le gouvernement ces VRTH ne seraient pas des OGM mais la mutagénèse utilisée pour les produire permettrait simplement selon Julien Denormandie de « faire apparaître plus tôt une variété qui aurait pu apparaître naturellement à un moment donné »[9]. Nous assistons clairement à un recul historique sur cette question des OGM où pour la première fois depuis bien longtemps un gouvernement français se range clairement dans le camp des pro-OGM. Dans le même temps la Commission européenne parle elle aussi d’assouplir la réglementation européenne afin que les plantes issues de ces NBT puissent être autorisés[10] ! Ce virage clairement pro agriculture intensive et anti écologique doit être clairement expliqué au grand public à un an des élections présidentielles et législatives afin qu’il réagisse pendant qu’il en est encore temps.


Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×