Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Perturbateurs endocriniens : mise en évidence des dangers de l’effet cocktail

Il est nécessaire de privilégier les mesures d’exposition combinée à plusieurs substances chimiques.

Les derniers résultats du projet européen EDC-MixRisk mettent en évidence les effets sur la santé de l’exposition combinée à un mélange de substances chimiques perturbatrices endocriniennes chez la femme enceinte. Les études réalisées dans ce cadre visent à évaluer les effets de l’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE), en particulier sous forme de mélange. sur le développement du fœtus.

Les analyses d’urine et de sang réalisées sur les femmes enceintes composant la cohorte SELMA, ont permis d’identifier les mélanges de PE présents dans les organismes ayant des effets délétères sur la croissance et le métabolisme, le développement neurologique et le développement sexuel.

Des effets sur le comportement, le métabolisme et le développement ont été observés sur des animaux exposés à ce même mélange. Ces travaux ont notamment permis de mettre en évidence l’action spécifique de ce cocktail de PE sur l’hormone thyroïdienne – hormone essentielle au bon développement du fœtus, du nouveau-né et de l’enfant en bas âge.

Enfin, les experts ont analysé les effets de chacune de ces substances isolément. Dans la majorité des cas, les substances évaluées à des doses de concentration similaires à celles retrouvées dans le mélange de PE, n’avaient pas d’effets néfastes. Ainsi, l’un des principaux constats des chercheurs est qu’il conviendrait d’abaisser les valeurs de référence définies actuellement pour chacune des substances en raison des effets combinés multipliant le risque.

« L’effet cocktail est encore largement sous-estimé alors que nous sommes tous quotidiennement exposés à une multitude de substances perturbatrices endocriniennes. Il est fondamental de réviser les critères actuels d’évaluation des risques qui sont essentiellement basés sur une évaluation substance par substance. Les mesures d’exposition devraient systématiquement prendre en considération les interactions potentielles » déclare François Veillerette, directeur de Générations Futures.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×