Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Séminaire gouvernemental: des intentions sont là, est-ce que les moyens et la mise en œuvre suivront?

© Extrait du rapport du gouvernement – Août 2022

 

Le gouvernement a fait sa rentrée ce mercredi 31 août 2022 durant laquelle la Première Ministre a décliné les différentes feuilles de route des ministères. Le séminaire de rentrée a fait l’objet d’une publication disponible sur le site du gouvernement (ici). Preuve que le gouvernement semble avoir pris conscience de l’importance de prendre des mesures dictées par la science sur les enjeux climatiques et environnementaux : la formation des managers de l’État autour des crises prédominantes (biodiversité, climat et ressources naturelles). Il n’en reste pas moins que les moyens mis en œuvre devront être conséquents pour relever ces défis. 

Il est fait mention, dans la partie dédiée aux politiques prioritaires de “renforcer la souveraineté nationale et européenne”, du domaine alimentaire et de la volonté de permettre au français d’avoir accès à une “alimentation locale et de qualité”. Néanmoins, il faudra s’entendre sur la définition du terme “qualité” pour être sûr que nous parlons de la même chose…  L’une des priorités sera aussi de “Réussir la transition écologique et aller vers la neutralité carbone”. C’est indispensable et bien qu’il soit question ici de “Protéger et restaurer la nature, les écosystèmes et les espèces” ce sera loin d’être suffisant pour répondre aux enjeux sanitaires et environnementaux qui nous attendent! Autre mesure présente dans les priorité : “prendre soin des français” en renforçant la place de la prévention. Il faudra alors faire preuve d’un réel volontarisme en matière de santé environnementale pour garantir cette protection… 

La déclinaison de ces priorités se fait dans le cadre des feuilles de route présentes dans ce document et nous en disent un peu plus sur les politiques publiques qui devraient être mises à l’œuvre dans le prochain quinquennat.

Pour l’Agriculture et l’Alimentation, si nous sommes d’accord sur le constat (résoudre le problème de renouvellement des générations, faire face aux dérèglements climatiques, proposer une alimentation de qualité), les réponses apportées doivent être plus ambitieuses et précisées. Ainsi:

Garantir aux Français l’accès à une alimentation saine et durable, en mettant en place un chèque alimentation durable, en développant fortement les plans alimentaires territoriaux et en augmentant la part des aliments biologiques et durables en restauration collective” est une bonne chose mais il serait opportun de chiffrer cette part et de fixer dans le temps cet objectif. En outre, cela ne peut se concevoir sans un accompagnement réel des filières agro-alimentaires bio. Nous rappelons que les aides au maintien ont été supprimées du PSN français pour la PAC 2023-207. 

Nous notons avec satisfaction que l’une des priorités sera également de “Protéger les consommateurs, en créant une police unique de sécurité sanitaire des aliments, en réduisant l’exposition aux pesticides, et en renforçant notre politique de l’alimentation” mais nous attendons de voir comment concrètement cette volonté va se traduire car en l’état actuel des choses, les chartes dites de bon voisinage, par exemple, sont bien loin de répondre à ce besoin de réduction des expositions des populations à ces toxiques. Nous saurons également être très attentifs au rôle que jouera la France dans le cadre des discussions sur le règlement pesticides européen en cours de révision et qui en dira long sur les intentions réelles de ce dernier en la matière. 

Concernant la feuille de route du ministère de la Transition écologique et de la cohésion territoriale, nous notons la volonté de finaliser la Stratégie Nationale de la Biodiversité qui sera, nous l’espérons, ambitieuse et qui répondra aux enjeux de notre siècle. Notons aussi, la prise en compte de la pollution de l’air et de la qualité de l’eau. Néanmoins, il faudra préciser les passerelles entre le ministère de l’Ecologie et celui de l’Agriculture sur ces dossiers majeurs. 

Enfin, concernant la santé, nous saluons l’approche préventive retenue par la Première ministre. En effet, protéger les citoyens des polluants environnementaux, dont les substances chimiques dangereuses, réduirait considérablement la prise en charge de maladies chroniques qui sont en expansion depuis ces dernières années. Cependant, nous notons que lors de la description des axes de travail du Secrétariat d’État de l’enfance, il n’y a aucune mention de la protection de la santé des enfants (par exemple face aux perturbateurs endocriniens), à la politique des 1000 premiers jours etc. 

Pour finir, nous avons bien pris note de la volonté de la Première Ministre de faire reposer ce futur quinquennat sur de la “concertation et co-construction .

Nous sommes prêts à faire entendre nos recommandations et échanger avec les différents ministères et instances sur ces enjeux de santé environnementale, de lutte contre les pesticides et autres polluants chimiques.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×