Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

VICTOIRE : la France renonce à accorder une nouvelle dérogation aux betteraviers pour l’utilisation de semences enrobées aux néonicotinoïdes !

Après le coup de théâtre du 19 janvier où la cour européenne de justice jugeait, suite à une action de PAN Europe, que « les États membres ne peuvent pas déroger aux interdictions expresses de mise sur le marché et d’utilisation de semences traitées à l’aide de produits phytopharmaceutiques contenant des néonicotinoïdes », voici le coup de tonnerre qui entérine définitivement en France le sujet des néonicotinoïdes !

Nous avons gagné : pas de dérogation aux néonicotinoïdes !

Le gouvernement annonce en effet ce soir qu’il n’accordera pas une nouvelle dérogation aux semences de betteraves enrobées de néonicotinoïdes pour l’année 2023. Grâce à cette décision de justice et à la pression citoyenne nous avons enfin triomphé !

Néonicotinoïdes et betterave : Un soutien à la filière

Dans une communication, le gouvernement s’engage à accompagner la filière sucrière pour assumer les coûts financiers induits par la situation actuelle avec peut-être la mise en place d’un fond assuranciel. De même, il indique qu’il fera le nécessaire pour que cette règle de l’interdiction s’applique partout au sein de l’UE pour limiter l’effet de concurrence déloyale possible. Surtout le gouvernement s’engage à tout mettre en œuvre pour porter des solutions alternatives dans le cadre de projets de recherches (PNRI) et proposer d’éventuelles solutions à base de pesticides autorisés pour traitements foliaires. Sur ce dernier point, ce n’est bien sûr par la solution que nous souhaitons voir à l’œuvre mais bien des alternatives agronomiques basées sur le vivant.

Modèle agricole : il faut sortir de l’impasse des pesticides de synthèse !

« Nous saluons cette décision et cette victoire que nous emportons après de rudes batailles. Cela fait des années que nous alertons le gouvernement sur cette impasse que sont ces dérogations accordées à des produits dangereux et qui plus est interdits ! Nous rappelons à ce sujet que les dérogations accordées en 2021 et 2022 étaient donc probablement illégales. » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « Le gouvernement doit désormais changer de direction et faire évoluer en profondeur notre agriculture vers l’agroécologie. Nous demandons donc que la future Loi d’Orientation Agricole qui s’annonce permette enfin de repenser notre modèle agricole en favorisant des systèmes de production qui ne soient plus dépendants des intrants chimiques et en premier lieu des pesticides de synthèse. » conclut-il.

 

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×