Partager

Publications

Episode 1: L’agriculture française « modèle le plus durable du monde »?

L’agriculture française a-t-elle été primée «  modèle le plus durable du monde » en 2018 selon une étude menée tous les ans par The Economist Intelligence Unit ?

Cette affirmation selon laquelle l’agriculture française aurait été primée «  modèle le plus durable du monde » en décembre 2018 selon une étude menée tous les ans par The Economist Intelligence Unit  (TEIU) a été avancée par le Ministère de l’Agriculture sur son site internet[1] dans le titre d’un article dont le contenu était beaucoup plus nuancé. Néanmoins le Ministère de l’Agriculture répéta la même affirmation dans un tweet quelques mois plus tard[2]. L’Académie d’Agriculture titra de la même façon[3] ainsi que la FDSEA du Finistère[4]. Baptiste Gatouillat, Vice Président des Jeunes Agriculteurs a également soutenu[5] en Aout 2019 : « on a été élu l’agriculture la plus durable au monde… »

De même la journaliste Emmanuelle Ducros de l’Opinion affirma dans un article publié à l’ouverture du Salon de l’agriculture (22 février 2019, voir extrait ci-dessous) qu’«une étude de référence menée tous les ans par The Economist Intelligence Unit et la fondation Barilla classe l’agriculture française au premier rang mondial de la durabilité, pour la deuxième année consécutive »[6]. Elle a renouvelé cette affirmation sur la chaîne Public Sénat en février 2019[7],  parlant de « … l’étude de The Economist, qui est passée relativement inaperçue en décembre, et qui dit que la France a l’agriculture la plus vertueuse du monde. »

La promotion de l’alimentation saine et la lutte contre le gaspillage alimentaire sont évoquées dans l’article mais sans plus de détail.

Vérification de cette affirmation :

Dans son article du 22/02/19 Emmanuelle Ducros met un lien hypertexte non pas vers l’étude de TEIU mais vers une page de news du site de la Thomson Reuters Foundation[8] dont le titre commence par « France is most food sustainable country.. » que l’on peut traduire par « La France est le pays le plus durable en matière d’alimentation ». Pas question donc dans ce site de classer la France première au monde pour la durabilité de son agriculture ici mais pour son système alimentaire global, le classement prenant en compte non seulement la durabilité de l’agriculture mais également les performances en matière de gaspillage alimentaire et de santé nutritionnelle.

Ce classement sur 3 critères avait bien été explicité par le site du ministère de l’agriculture au moment de la sortie de l’étude en décembre 2018 (malgré un titre trompeur parlant d’agriculture française « modèle le plus durable du monde ») : le classement du TEIU est bien basé selon le Ministère sur une quarantaine d’indicateurs répartis en 3 catégories :

   > le gaspillage de l’eau et de la nourriture ;

   > la durabilité des méthodes agricoles ;

    > la gestion des problématiques nutritionnelles.

Nous avons donc été chercher l’information à la source pour savoir comment la France se classait pour chacun de ces 3 catégories dans le classement de The Economist..

Une fois sur le site du TEIU intitulé ‘Food sustainability Indexon en apprend plus sur la nature du classement prenant en compte 67 pays:

Il apparaît bien que la France arrive première au classement global prenant en compte les 3 catégories citées plus haut (gaspillage alimentaire, durabilité de l’agriculture, nutrition santé).

L’accès aux données détaillées[9] téléchargeables en ligne permet de préciser les choses. Il apparaît que la France est particulièrement bien classée ici pour la lutte contre le gaspillage alimentaire (elle arrive 1ère  !). La France est également bien placée dans le classement des ‘challenges nutritionnels’ (8ème). Mais elle n’arrive que 20ème pour le classement concernant la durabilité de l’agriculture des pays !

Une recherche plus précise sur les catégories de critères relatifs à la durabilité de notre agriculture nous montre même que ce sont les questions relatives à l’eau qui sont problématiques dans l’agriculture française (la France se classe seulement 60ème  sur 67 dans cette catégorie !) alors qu’elle se classe 10ème  pour les questions relatives au sol et 9ème pour les questions relatives à l’air.

En allant encore plus dans le détail sur cette question de l’eau en descendant dans le tableau au niveau des critères individuels on s’aperçoit que la France est particulièrement mal placée pour le critère « impact de l’agriculture sur l’eau » (54ème ).

Conclusion et commentaires :

Cet examen détaillé du document source nous montre que l’affirmation selon laquelle l’étude du TEIU classe l’agriculture française au premier rang mondial de la durabilité est clairement fausse.

Il apparaît que la France est 1ère du classement global concernant la durabilité du système alimentaire notamment grâce à son excellente performance en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire. En revanche elle apparaît loin des premières places pour la durabilité de son agriculture : 20eme ex aequo avec le Rwanda et juste derrière le Cameroun. Dans cette catégorie ce sont l’Autriche et le Danemark qui arrivent en tête du classement du TEIU.

Dans le cas d’Emmanuelle Ducros, cette affirmation fausse selon laquelle ce classement place l’agriculture française au premier rang mondial de la durabilité lui sert à dénoncer un supposé « agrobashing » dans le même article (l’idée est que les critiques de l’agriculture française serait infondées puisque nous aurions l’agriculture la plus vertueuse du monde…mais le raisonnement s’écroule puisque l’information est fausse !.) Malheureusement la journaliste, qui prétend « combattre la désinformation », n’a pas fait preuve ici de beaucoup de rigueur… Il n’est pas très sérieux non plus que le Ministère de l’Agriculture ou l’Académie d’Agriculture reprennent la même affirmation fausse… La présente analyse montre clairement que cet argumentaire ne tient pas car il est confirmé que la France a bien des progrès à réaliser en matière de durabilité de son agriculture. C’est d’ailleurs à cette conclusion que sont arrivés d’autres journalistes, comme Hélène Gully, des Echos, qui précise[10] que, si la France a reçu la palme du système alimentaire le plus durable du monde,  « en revanche, dans les deux autres catégories, le pays a encore des efforts à faire. Concernant la gestion de l’eau dans l’agriculture par exemple, la France affiche un score de… zéro sur 100. ». Nous nous réjouissons que des journalistes comme Hélène Gully ou encore Claire Gambier[11], de LCI, aient su, elles, rendre compte de ce classement d’une manière rigoureuse et factuelle.