Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Des pesticides dans l’air

Air PACA, dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement (PRSE2), a mis en place un Observatoire des Résidus de Pesticides sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en partenariat avec le Laboratoire de Chimie de l’Environnement (Aix-Marseille Université).

La première année a été consacrée à l’établissement d’une liste de 43 substances d’intérêt et au développement des méthodes analytiques associées. L’objectif premier de cet observatoire est d’évaluer les niveaux de concentrations de pesticides. 5 sites de la région (Arles, Avignon, Cannes, Cavaillon et Toulon) sont concernés.

Parmi les 43 substances recherchées, 36 ont été détectées.

Dans plus de 80% des échantillons analysés on retrouve :

• 3 herbicides (chlorprophame, oxadiazon, pendiméthaline)

• 3 insecticides (chlorpyriphos-éthyl, lindane, PBO)

• 1 fongicide (tébuconazole)

Le lindane, substance pourtant interdite est retrouvé dans la totalité des échantillons prélevés. Le folpel (fongicide : vigne, horticulture, maraîchage) est présent dans près de la moitié des échantillons.

Les résultats de l’année 2012 soulignent que des pesticides sont présents dans l’air ambiant en zone rurale comme en zone urbaine. Le site rural de Cavaillon enregistre les concentrations cumulées les plus élevées (environ 9 fois plus qu’en ville) avec notamment la présence de Chlorpyriphos-Ethyl (insecticide : arbres fruitiers). Parmi les sites urbains, Cannes enregistre les plus faibles concentrations cumulées et le plus faible nombre de molécules détectées. La ville de Cannes s’est engagée dans la signature d’une charte recommandant l’utilisation de « zéro pesticide ». Tenant compte des niveaux de pesticides obtenus ainsi que de leur fréquence de détection, Air PACA maintient cette surveillance sur les années 2013 et 2014.

Source ATMO PACA

« C’est résultats inquiétants corroborent les enquêtes diverses menées par Générations Futures sur ce sujet de l’exposition des populations et de la contamination des milieux par des pesticides de synthèses. » déclare F. Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « La mise en place de Zones non Traitées le long des lieux publics – mais aussi des habitations – est primordiale mais non suffisante! Elle doit aussi s’accompagner de mesures complémentaires (mesures de présence de pesticides dans l’air obligatoires, outil d’alerte des populations riveraines lors de pulvérisations, contrôles renforcés du respect de la réglementation et notamment de l’arrêté de 2006 sur la vitesse du vent etc.) et d’un soutien réel et fort à un modèle agricole qui n’utilise pas ces molécules toxiques, dont certaines, comme le chlorpyriphos-ethyl, sont des perturbateurs endocriniens suspectés! ». conclut-il.

Télécharger le rapport complet: et la synthèse 

A noter que d’autres relevés similaires ont été effectués en Picardie et rendus public en février 2013: Lire le rapport

 

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×