Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

ICE contre les pesticides : c’est validé !

Nous l’avons fait et c’est validé ! 1 million de citoyens et citoyennes européens ont signé notre Initiative Citoyenne Européenne et après le processus de vérification indispensable nous venons d’avoir confirmation que notre ICE est validée. Une étape historique vient d’être franchie sur ce dossier !

L’initiative citoyenne européenne Save Bees and Farmers a franchi le cap du million de signatures valides. Ce succès marque un souhait très clair et fort des citoyens de l’UE de réduire fortement l’utilisation des pesticides. La totalité des déclarations de votes valides comptent désormais 1 054 973 signatures.

Les organisateurs ont soumis les déclarations des 27 pays à la Commission européenne pour la validation finale de l’ICE. Prochaine étape : les organisateurs seront invités par la Commission, et dans les 3 mois, une audition au Parlement européen aura lieu.

Pour rappel, l’ICE Save Bees and Farmers demande :

  1. Une élimination de 80 % des pesticides de synthèse d’ici 2030 et de 100 % d’ici 2035
  2. Une restauration de la biodiversité sur les terres agricoles
  3. Un accompagnement financier des agriculteurs dans la nécessaire transition vers l’agroécologie

L’Initiative Citoyenne Européenne a été organisée par Générations Futures (France), Global 2000 (Autriche), Romapis (Roumanie), l’Umweltinstitut München (Allemagne) et les organisations européennes Beelife, PAN Europe et Slowfood. Elle a été soutenue par plus de 200 organisations de tous les pays de l’UE. Des signatures contenant les données personnelles formellement requises ont été recueillies dans tous les États membres. Dix pays (*) ont atteint le seuil minimum fixé par l’UE et combiné au nombre total de signatures valides, cela en fait une demande officielle à l’ordre du jour de la Commission et du Parlement européens.

Martin Dermine, le principal représentant de cette ICE et coordinateur de PAN Europe, a déclaré : « C’est la septième ICE réussie et la deuxième contre l’utilisation des pesticides (après celle sur le glyphosate). C’est un signal démocratique fort adressé aux décideurs européens et nationaux pour qu’ils écoutent enfin citoyens et s’éloignent des pesticides. Les agriculteurs et la science ont montré que l’agroécologie peut nourrir le monde sans produits chimiques. Il est grand temps que nos représentants politiques arrêtent d’écouter l’agro-industrie et commencent à travailler pour l’avenir de nos enfants.« 

Etape historique : l’environnement n’est plus entre les mains du lobby chimique

La voix forte de la société civile marque la fin d’une époque où les décisions concernant notre environnement et notre santé étaient dominées par les producteurs de produits chimiques. Depuis les années soixante, la révolution verte a poussé les agriculteurs à utiliser des semences brevetées, des doses élevées d’engrais de synthèse et une quantité toujours croissante de pesticides de synthèse. Ces intrants rendent l’agriculture intensive totalement dépendante des énergies fossiles. Les agriculteurs font le travail, mais ce sont le commerce, l’industrie et leurs actionnaires qui font les profits. Les organisateurs de cette ICE demandent un changement : les agriculteurs méritent un revenu décent avec des prix équitables et un avenir sain pour leur exploitation et leur famille.

Étape urgente et nécessaire

Le modèle de l’agriculture chimique a un prix élevé pour la société. La biodiversité s’effondre, nos sols s’appauvrissent, l’eau est contaminée et notre santé est mise à mal par les nombreux résidus de pesticides dans nos aliments. Notre paysage a perdu beaucoup de son attrait avec les monocultures industrielles. Il y a soixante ans, Rachel Carson nous a mis en garde contre un printemps silencieux et certains pesticides hautement toxiques ont été interdits, mais ils ont été remplacés par d’autres. Maintenant, le printemps silencieux est presque là. Nous avons un besoin urgent d’un changement de paradigme pour arrêter cette guerre contre la nature et le système de la mort. C’est ce que demandent aujourd’hui un million d’Européens. Nous voulons redonner vie, fleurs et insectes aux champs. L’avenir de l’agriculture est de travailler avec la nature.

A un moment très important

Actuellement, les institutions de l’UE discutent d’un nouveau règlement sur la réduction des pesticides (SUR) qui encadrera l’utilisation des pesticides pendant de nombreuses années à venir. Une consultation a d’ailleurs pris fin récemment sur ce Règlement. Le résultat aura des impacts énormes sur notre environnement et notre santé au sein de l’UE. Le lobby des pesticides fait une forte pression contre ce texte. Il craint une baisse des revenus et ses alliés élèvent de fortes voix de protestation dans de nombreux pays. Or seule une agriculture respectueuse de la nature nous assurera la sécurité alimentaire, c’est pourquoi cette nouvelle victoire est si importante !

« Le succès de cette ICE sur les pesticides ( la 7eme victorieuse seulement) montre clairement les attentes fortes de la population européenne en matière de transition écologique de l’agriculture. Le message est clair : la fin de la dépendance de l’agriculture au pesticides ça doit être maintenant ! Nous demandons au gouvernement français d’entendre cet appel et d’agir enfin sur ce sujet !’ déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

 

www.savebeesandfarmers.eu

 

Annexe 5 lettres de 27 pays de l’UE avec le nombre de signatures valides disponibles sur demande

 

(*) Les 10 pays qui ont atteint le seuil minimum de l’UE sont l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Hongrie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Roumanie et l’Espagne.

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×