Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Pesticides dans l’air : Réaction à chaud de Générations Futures

L’ANSES, ATMO France et l’INERIS viennent de rendre publiques ce jour dans le cadre du Conseil Nationale de l’air les résultats de la campagne nationale exploratoire des pesticides (CNEP) dans l’air[1].

Cette campagne a permis d’obtenir une photographie des substances présentes dans l’air ambiant (hors situation de grande proximité avec la source d’émission) et leurs niveaux de concentration en France (métropole et outre-mer). La liste des substances à mesurer avait été définie en 2017 par l’Anses sur la base de caractéristiques de danger, d’émission et de persistance dans l’air ainsi que des critères concernant leur niveau d’utilisation. Lancée en juin 2018, cette campagne nationale a permis de mesurer, sur 12 mois et selon un protocole pour la première fois harmonisé, 75 substances et de disposer d’environ 1 300 analyses pour chacune de ces substances.

Sur la base des résultats de la CNEP, l’ANSES a effectué un premier travail d’interprétation sanitaire sur les 70 substances effectivement retrouvées dans l’air extérieur. Cette analyse a permis de cibler les substances nécessitant un examen approfondi en vue de leur éventuelle intégration dans la surveillance nationale des pesticides dans l’air.

Générations Futures attendait ces résultats avec impatience (et avait d’ailleurs en début d’année publiée un dossier sur le sujet des pesticides dans l’air, s’inquiétant de l’absence de données harmonisées pour l’ensemble du territoire nationale[2]). La première lecture de ce rapport montre que les produits retrouvés le plus fréquemment sont des produits dangereux, particulièrement le lindane un insecticide interdit depuis de nombreuses années !

Nous publierons prochainement une analyse poussée de ces résultats mais tout comme les structures impliquées dans ce travail, nous demandons une pérennité de ces mesures des pesticides dans l’air. Nous allons d’ailleurs le demander avec l’envoi de courriers aux différents présidents de Région pour leur faire part de cette demande afin qu’ils accordent des crédits aux AASQA régionales. Cette demande est d’autant plus légitime que notre association s’est inquiétée récemment auprès d’ATMO France de la suspension des mesures des pesticides du fait de manque de moyens financiers pour la région des Hauts de France.

 

 

[1] https://atmo-france.org/wp-content/uploads/2020/06/Rapport_CNEP_DRC_20_172794_02007C__VF_versionC.pdf

[2] https://www.generations-futures.fr/publications/pesticides-air/

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×