Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Nous voulons vivre en bonne santé sur une planète saine

En cette période de vœux de bonne santé, et à la faveur d’un contexte politique unique, la présidence française de l’Union européenne et les élections nationales, le Collectif interassociatif pour la santé environnementale (CISE), dont est membre Générations Futures, souhaite faire entendre la voix des citoyennes et citoyens pour placer la bonne santé au cœur des objectifs de santé publique afin d’enrayer l’épidémie de maladies chroniques et d’infertilité.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Au jour de l’An, on se souhaite bonne année, bonheur, réussite mais surtout bonne santé.

La santé, quoi de plus précieux ? C’est ce qui nous tient debout, une aspiration à une vie pleine et entière. C’est la priorité des priorités.

Pourtant, le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques ou d’infertilité explose. Cancer, diabète, obésité, asthme, hypertension, insuffisance cardiaque, troubles de la thyroïde, maladies neurodégénératives, douleurs chroniques, dépression, autisme, etc. : Vingt et un millions de personnes, un Français sur trois est concerné ! Deux tiers des dépenses de santé y sont consacrés.

Le seul vieillissement de la population ne peut expliquer cette situation. Ainsi, les cancers des moins de 20 ans augmentent 6 fois plus vite que l’évolution démographique de cette tranche d’âge.

Ces maladies, pourtant évitables, nous fragilisent face aux pandémies : les victimes du Covid sont prioritairement les personnes atteintes d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires, de maladies respiratoires chroniques, etc.

Elles sont liées à ces pollutions invisibles que l’activité humaine a créées : contamination par des toxiques chimiques, pesticides, perturbateurs endocriniens, additifs alimentaires, métaux lourds, fibres et particules fines, microplastiques, nanomatériaux, bruit, champs électromagnétiques, temps d’écran, etc.

Tout notre environnement est impacté : notre alimentation, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les sols où nous habitons, ceux que nous cultivons, les lieux où nous vivons, étudions, travaillons, nos produits de toilette et cosmétiques, de ménage et de lessive, certains produits de santé, etc., jusqu’au lait maternel et au cordon ombilical des enfants à naître.

Chacun de nous connaît dans son entourage au moins une personne souffrant de diabète, d’asthme, atteinte par un cancer, ou est lui-même directement concerné.

Cette situation dramatique est d’autant plus intolérable lorsqu’elle touche des enfants ou des jeunes. C’est l’avenir qu’on assassine.

Les écosystèmes étant aussi directement impactés, la crise sanitaire se conjugue à la crise de la biodiversité.

Ce n’est pas une fatalité : Il est possible d’agir pour un environnement plus sain, qui nous permette de mieux vivre.

Nous ne pouvons plus supporter de vivre en mauvaise santé sur une planète malade !

Nous ne pouvons plus nous contenter d’être soignés, nous voulons d’abord et surtout conserver notre bonne santé.On en sait suffisamment pour agir, les connaissances scientifiques doivent être traduites en actes qui nous protègent vraiment, nous, nos enfants et la planète. L’action au niveau national est une exigence démocratique mais elle n’est pas suffisante dans notre monde interdépendant. Comme pour la crise climatique et pour la crise de la biodiversité, un groupe d’experts internationaux doit être constitué pour éclairer les décisions publiques en la matière.

Nos responsables politiques doivent s’engager résolument pour une politique de la “bonne santé” et impulser la création d’un “GIEC” de la santé environnementale.

*****

Premiers signataires de la pétition :

Dr Alain Collomb, membre du bureau de l’Association santé environnement France (ASEF) et président de Santé environnement Provence
Jean-Michel Chiapello, porte-parole du RésoA+
Dr Nathalie Delphin, présidente du Syndicat des Femmes Chirurgiens Dentistes (SFCD)
Laure Ducos, Greenpeace France
Sarah Durocher et Caroline Rebhi, Le Planning Familial
Dr Mallory Guyon, co-fondatrice du Coll’Air Pur Santé et porte-parole du Collectif Environnement Santé 74
Sylvie Hermans, porte-parole du Collectif Santé sans ondes
Dr Lamia Kerdjana, présidente de Jeunes Médecins Ile-de-France
Christian Khalifa, président d’Indecosa-CGT
Philippe Ladougne, Fondateur de l’association Warrior Enguerrand
Laurent Lalo, Fondateur du Collectif Regards
Didier Lambert, président de l’Association d’Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages (E3M)
Dr Patrick Lemettre, délégué du syndicat des Médecins Généralistes de Haute-Savoie
Julien Léonard, président du Conseil National des Associations Familiales laïques
Alexandra Lorenzo, fondatrice de l’association ITAWA
Dr Christine Malfay-Régnier, présidente de l’association SOS MCS
Véronique Molières, directrice du Comité pour le développement durable en santé (C2DS)
Véronique Moreira, présidente de WECF France
Catherine Neyrand, présidente de l’association POEM26
Tania Pacheff, présidente de l’association Cantine sans Plastique France
Sophie Pelletier, présidente de Pour rassembler, informer et agir sur les risques liés aux technologies électromagnétiques (Priartem)/Electrosensibles de France
Dr Philippe Richard, président de l’Association pour la protection de la santé des habitants de Saint-Omer
Virginie Rio, Collectif BAMP !
Carole Robert, présidente de l’association Fibromyalgie France
Claire Royer de la Bastie & Karine Pontroué, porte-parole du Collectif Je suis Infirmière puéricultrice
Ghislaine Sicre, présidente de Convergence Infirmière
Florent Souillot, Co-président de l’association Lève les yeux
Marie-Odile Soyer-Gobillard, présidente de l’association Halte aux Hormones Artificielles pour les Grossesses (Hhorages)
Jacques Testart, Sciences Citoyennes
Marie Thibaud, fondatrice du Collectif Stop aux cancers de nos enfants
Mathé Toullier, présidente de l’Association des Familles Victimes du Saturnisme
Stéphane Védrenne, cofondateur de Eva pour la vie et de la fédération Grandir sans cancer
François Veillerette, porte-parole de l’association Générations futures
Stéphanie Ville, présidente de l’association Aidons Marina et de la fédération Grandir sans cancer

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×