Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

La Présidence Française de l’UE (PFUE): une occasion manquée de faire progresser la santé environnementale en Europe?

Hier, lors d’une conférence de presse à l’Elysée, Emmanuel Macron annonçait le programme de la PFUE 2022. Nous ne pouvons que témoigner de notre déception devant le peu d’annonces concrètes et ambitieuses sur la question de la santé environnementale. Comme en témoigne le dossier de presse diffusé suite à son allocution, les mesures sont vides de réalisation. Mais peut-être auront nous l’occasion de lire un programme plus complet avant la présentation au Conseil des ministres ou devant le parlement européen?

Nous avons malgré tout eu la satisfaction d’entendre, en milieu de discours, une annonce riche de promesses et qui a retenue notre attention:

“Nous aurons aussi d’autre sujet majeurs : [ …] sur l’agriculture et l’interdiction des pesticides, […] accompagnement d’un modèle agricole d’excellence”

Ces “annonces” ont été énoncées dans une suite de mesures hétérogènes sans avoir été définie clairement. Bien qu’il y ait eu un point sur les clauses miroirs qui pourraient mieux réguler l’importation de produits contenant des substances chimiques interdites en Europe, la volonté du président de valoriser la transition de notre système agricole n’en reste pas moins peu concrète.

Comment la France souhaite-t-elle favoriser leurs interdictions ? Par quel biais ? Dans quelle chronologie ? 

Générations Futures a rédigé depuis novembre une feuille de route, soutenue par de nombreuses ONG, et remplie d’actions concrètes qui permettrait à la France d’utiliser la PFUE comme un véritable moment de transition agricole et de solidification d’une santé environnementale. En effet, la PFUE doit s’articuler autour de grands axes tels que :

  • la réduction des expositions;
  • l’évolution et la révision des réglementations;
  • l’amélioration de la recherche;
  • la veille sanitaire et environnementale;
  • la responsabilisation des industriels;
  • ainsi que la promotion des alternatives.

Ces grands axes ont été déclinés en actions concrètes et capables d’être entreprises dans les 6 mois de la PFUE. Ce pragmatisme sur l’enjeu de la santé environnementale montre que c’est avant tout une question de volonté politique avant un enjeu de moyens. Les réglementations à améliorer existent, la transition est en cours, il est simplement nécessaire de l’accompagner d’une politique définie et efficace sur ces questions.

Nos propositions dans le cadre de la PFUE

 English version: Priorities for the French presidency of the European Union about chemicals

 

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×