Pesticides: lettre ouverte à Mme Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie

SRoyal

Madame la Ministre,

vous venez d’appeler au Journal Télévisé de 20h sur France 2 « tous les maires à supprimer les pesticides dans les espaces verts et les écoles », notre association, Générations Futures[1] ne peut qu’adhérer à ce propos qui cependant suscite pour nous des interrogations et des besoins d’éclaircissements.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un arrêté de 2011 prévoit déjà cette interdiction – certes celui-ci ne va pas assez loin et c’est la raison pour laquelle une loi a été adoptée en février de cette année au parlement visant à interdire ces usages (non agricoles) à l’horizon 2020 et la vente aux particuliers à l’horizon 2022

Outre le fait que nous jugions ces délais trop longs, ce texte nous inquiétait aussi pour ces dérogations possibles et le flou notamment sur la définition de pesticides à faible risque.

Ce qu’il faut donc espérer et attendre des maires c’est qu’ils cessent au plus tôt (comme cela se fait déjà dans de nombreuses communes – en témoigne notre campagne « zéro phyto, 100% bio[2] » lancée avec d’autres partenaires et dont l’un des outils sont des cartes de France des villes et villages bio et sans pesticides – une initiative citoyenne qui est une première en la matière) – c’est là le premier besoin d’éclaircissement.

De même, si les maires arrêtent l’usage des pesticides sur leur commune, comment peut-on continuer de tolérer que les riverains dont les maisons jouxtent les champs traités aux pesticides continuent d’être impactés par ces toxiques? Vous êtes surement au courant que le ministère de l’Agriculture (via la DGAL) a saisi l’ANSES sur cette question (l’avis qui devait être rendu le 31 mars n’est toujours pas paru). Cela fait des années que notre association, dont l’expertise est reconnue et avérée sur ce dossier, se bat sur ce terrain (jusqu’à présent le ministère de l’Agriculture nous avait « aimablement » éconduit sur cette question). Il serait surement bon que votre ministère s’empare de ce sujet et interpelle aussi l’ANSES ainsi que le ministère de la santé sur cette question de l’exposition des riverains.

Notre association recueille, surtout  au moment de la reprise des épandages de pesticides, des dizaines de témoignages (que nous avons fait transmettre en partie à l’ANSES) – les situations sont parfois désespérées dans certaines familles, qui n’envisagent plus que le déménagement comme unique solution.

Chaque année, la Semaine pour les alternatives aux pesticides[3] (événement international que nous avons initié et que nous coordonnons) démontre que l’usage des pesticides en ville, au jardin mais aussi, et surtout, au champ n’est pas une fatalité. Que l’agriculture bio est le seul modèle réellement écolo-compatible et que sans un réel soutien de votre Gouvernement à ce modèle, la France est vouée à rester le premier pays utilisateur en Europe et le 3ème au monde !

Nous sommes disposés à en débattre avec vous. Sachez que nous allons prochainement rendre public de nouvelles enquêtes montrant l’exposition des populations vulnérables (les enfants et les femmes en âge de procréer) à ces pesticides et  tout particulièrement aux fameux perturbateurs endocriniens (substances au cœur des préoccupations sanitaires actuelles). Ces enquêtes, nous l’espérons, auront pour effet d’agir en profondeur sur ces questions qui inquiètent bon nombre de vos concitoyens. Nous ne doutons pas que ce sujet est aussi pour vous un sujet de grande préoccupation.

Dans l’attente de vous lire, et d’une rencontre que nous espérons possible, veuillez agréer Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments les plus distingués.

Maria Pelletier, Présidente de Générations Futures.

François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures.



[1] http://www.generations-futures.fr/ Générations Futures est une association, loi 1901, sans but lucratif, de défense de l’environnement agréée par le ministère de l’écologie depuis 2008, habilitée à prendre part au débat national sur l’environnement depuis 2013 et reconnue d’intérêt générale. Nous avons réalisé de nombreuses enquêtes approfondies et médiatique sur ce dossier des pesticides voir : http://www.generations-futures.fr/nos-sites-et-documents/nos-rapports/

[2] http://www.0phyto-100pour100bio.fr/

[3] http://www.semaine-sans-pesticides.fr/