Pesticides: 83% des français favorables à l’instauration de zones sans pesticides

logo-arrete

[MAJ le 07.10]

Nous arrivons au dénouement final concernant la rédaction et notification du nouvel arrêté relatif à l’utilisation des pesticides(voir ci-dessous). En effet, nous savons que les dernières réunions de concertation se tiennent en ce moment avec en point d’orgue une ultime réunion qui se tiendra le 18 octobre et qui devrait mettre un terme aux débats.

Nous savons que certains représentants du monde agricole sont totalement opposés à toutes avancées en matière de protection des populations, notamment pour ce qui est de la question des délais de rentrée de 24 ou 48h sur la parcelle qu’ils souhaitent voir réduit (alors même que certaines études démontrent qu’il faudrait au moins attendre 10j pour certain pesticides de synthèse avant de revenir sur la parcelle traitée). Les ministères de l’Environnement et de la Santé semblent quant à eux vouloir tout faire pour qu’il n’y ait pas de régression dans ce nouveau texte. La bataille fait donc rage et nous avons besoin de vous pour réussir à obtenir un texte qui soit plus protecteur pour toutes les personnes exposées (riverains et travailleurs agricoles).

Que faire ? Vous pouvez agir de multiples manières:

  • En écrivant à vos élus nationaux pour leur faire part de vos inquiétudes notamment en leur envoyant ce courrier
  • En interpellant Mesdames et Messieurs Valls, Le Foll, Tourraine, Royal sur les réseaux sociaux sur ce sujet.
  • Et bien sûr en continuant à diffuser notre pétition!

Notre Gouvernement doit prendre des mesures de protection efficaces vis-à-vis de l’exposition des populations aux pesticides!

Rappel des faits. La bataille fait rage en ce moment concernant la question de l’utilisation des pesticides et de l’exposition des populations. En effet, un arrêté datant de 2006 a fait l’objet d‘une attaque par un syndicat de producteurs de pommes et de poires et d’une abrogation au Conseil d’Etat. Cet arrêté avait pour fonction de fixer les règles en matière d’utilisation des pesticides. Il contraignait notamment l’agriculteur à prendre quelques précautions d’usage en matière de traitements de pesticides (telles que: ne pas pulvériser lorsque le vent était supérieur ou égal à 19 km/h ou encore interdire le retour des travailleurs sur la parcelle moins de 24 ou 48 h après traitements de pesticides). Ces mesures devaient déjà être trop pour ces producteurs qui ont donc décidé d’attaquer ce texte. Si ils ont gagné leur procédure, ce n’est pas pour des questions de fond mais de forme. En effet, le Conseil d’Etat (CE), dans sa décision, note que le Gouvernement en ne notifiant pas ce document à l’UE, se trouvait « hors la loi ». Le CE a donc donné 6 mois à l’Etat pour se mettre en conformité en rédigeant et notifiant un nouvel arrêté.

Cette décision rendue début juillet ne laisse plus que 3 mois à nos ministres pour se mettre d’accord sur un texte. Or, il faut encore compter ensuite avec les délais imposés par l’UE, soit 3 mois de plus! Il ne reste donc plus que quelques jours à notre Gouvernement pour faire une proposition sans quoi nous risquons, à la reprise des épandages en mars, de nous retrouver avec un vide juridique, ce que personne ne veut.

Il y a donc urgence! Notre organisation et ses partenaires veulent faire entendre leur point de vue sur la question. Notre association a donc co-rédigé et co-signé avec de nombreux partenaires nationaux* et locaux ** une lettre et des propositions soutenus par des personnalités investies sur cette question des pesticides***. Cette lettre ouverte adressée ce jour aux ministères concernés demande notamment une plus grande protection des personnes exposées. Cette démarche est d’autant plus légitime, que notre association a reçu ce jour les résultats d’un sondage qui montre que 83% des français sont favorables à l’instauration d’une bande sans pulvérisation de pesticides dans les cultures en bordure des propriétés d’habitation! Cette Zone sans traitement est l’un des outils de protection à envisager si l’on veut à terme espérer une cohabitation apaisée et harmonieuse dans nos campagnes. Bien sûr ce n’est pas l’unique demande que nos associations peuvent formuler. Générations Futures a transmis aux ministères des propositions d’amélioration de l’arrêté en question que vous pouvez découvrir ici.

Les citoyens qui le souhaitent peuvent aussi exprimer leur soutien  et se faire entendre sur cette question de l’exposition des populations aux pesticides en signant et relayant cette pétition adressées au ministre de l’Agriculture Stéphane Lefoll.

« La santé est l’une des priorités des français. Or, le temps n’est plus au questionnement sur les impacts sanitaires et environnementaux des pesticides de synthèse. Le Gouvernement a pour mission de protéger ses concitoyens et cela est d’autant plus vrai lorsqu’il est question des plus vulnérables et des plus exposés. » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.  » Limiter l’exposition des populations aux risques sanitaires liés à l’usage des pesticides doit être une priorité de nos ministres qui ne doivent  pas céder aux pressions d’une partie du monde agricole!  De nombreux agriculteurs prouvent chaque jour qu’il est possible de produire sain sans mettre en danger les populations du fait d’un recours à des pesticides de synthèse. Les signataires de ce courrier et les français qui se sont exprimés sur ce sujet comptent sur eux! Revivre un épisode tel que celui survenu il y a 2 ans dans le bordelais à Villeneuve de blaye, où des enfants avaient été intoxiqués, serait un aveu d’échec pour des ministres qui semblent afficher  leur détermination sur cette question des pesticides. » conclut-il.

*AMLP, CRIIGEN, ESF, FNAB, FNH, Générations Futures, Greenpeace, Phyto-Victimes, UNAF, Union syndicale Solidaires, WECF

**Alerte aux toxiques, Allassac ONGF, Collectif Alerte pesticides, Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest, Collectif Info Médoc Pesticides, Collectif Mâconnais Pesticides et Santé, Sauvegarder son patrimoine en région agroviticole

***Bougrain Dubourg Allain, Desbrosses Philippe, Dion Cyril, Dufumier Marc, Hulot Nicolas, Jaud Jean-Paul, Nicolino Fabrice, Robin Marie-Monique, Pr. Séralini Gilles-Eric, Spiroux Joël, Pr. Sultan Charles, Vélot Christian