Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Est-ce que la bio est meilleure pour la santé ?

L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) reconnaissait dès 2005 que : « le mode de production biologique en proscrivant le recours aux produits phytosanitaires de synthèse, élimine les risques associés à ces produits, pour la santé humaine. » Le fait de passer à une alimentation biologique élimine très rapidement les résidus de pesticides les moins persistants de votre organisme. Depuis de nombreuses études sont venues conforter cette assertion!

Ainsi, Générations Futures a réalisé en 2021 une analyse des principales études qui considèrent les liens santé/bio. Ces différentes recherches permettent d’observer une diminution des cancers, du syndrome métabolique ou encore du diabète grâce à un régime alimentaire riche en produits biologiques. Les résultats sont à renforcer et corréler, mais ces nombreuses études pavent déjà la voie vers une valorisation de l’impact des produits biologiques sur la santé :

  • Réduction de risque de 23% de surpoids et de 31% de l’obésité issue d’une étude issue de la cohorte Nutrinet de (2009-2015) concernant 62 224 participants (Kesse-Guyot 2017) pour les consommateurs de produits bio (cette étude ayant pris en compte une quinzaine de facteurs)
  • Un régime alimentaire riche en produit bio décroît de 31% le risque de syndrome métabolique (Baudry 2018) l’achat d’aliments bio est associé de façon statistiquement significative avec une diminution du risque de diabète de type 2 de 20%. (Sun 2018)
  • Plus fort encore, les auteurs d’une étude plus récente (Kesse-Guyot 2020) rendent compte d’une diminution de 35% du risque de diabète de type 2 pour les plus gros mangeurs de bio en comparaison de ceux qui en consomment le moins
  • les gros consommateurs de bio ont un risque de cancer globalement réduit de 25%. Dans le détail, les réductions les plus fortes et statistiquement significatives sont observées pour le cancer du sein post ménopause (-33%), les lymphomes (-76%) et tout spécialement les LNH (-86%). (Baudry 2018b)

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

Inscription newsletter
×